LA FRANCE PITTORESQUE
Vendredi saint (Le)
(D’après « Petite encyclopédie ecclésiastique », paru en 1847)
Publié le vendredi 3 avril 2015, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Le Vendredi saint ou Grand Vendredi, est le vendredi de la semaine sainte, durant lequel on célèbre la fête lugubre de la passion et de la mort de Jésus
 

Les Grecs et les Latins chômaient ce jour en beaucoup d’endroits, quoique librement et par dévotion. Il était de précepte en Angleterre dès le XIIIe siècle ; ce ne fut qu’au milieu du XVIe qu’il fut réduit en une demi-fête, terminée à midi, après le service du matin.

Ce jour-là, l’Église est plongée dans la douleur ; les murs des temples saints sont tendus de noir ; les ornements des autels et des prêtres sont de la même couleur. Le jeûne du vendredi saint est des plus rigoureux.

Le Christ portant sa croix, par Jérôme Bosch (1453-1516)
Le Christ portant sa croix, par Jérôme Bosch (1453-1516)

Les fidèles zélés s’abstiennent ce jour-là de manger des œufs, du lait, du beurre, du fromage, en général de tout ce qui provient des animaux dont il n’est pas permis de manger la chair en carême. Dans les maisons religieuses bien réglées, on ne fait qu’un seul repas ; encore s’y borne-t-on au pain et à l’eau.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE