LA FRANCE PITTORESQUE
Savant en us
()
Publié le samedi 28 février 2015, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Homme qui a la tête pleine d’un docte fatras
 

Pour jeter du ridicule sur les savants de cette espèce, Hyacinthe Cordonnier, plus connu sous le nom de Thémiseuil de Saint-Hyacinthe, composa en 1714 le Chef-d’œuvre d’un inconnu, poëme heureusement découvert, et mis au jour avec des remarques savantes et recherchées, par M. le docteur Chrysostôme Mathanasius.

Ce prétendu poème est une chanson que Saint-Hyacinthe entendait souvent fredonner par la fille d’un menuisier chez lequel il était logé. En voici le premier couplet, ou, comme dit Saint-Hyacinthe, la première strophe :

L’autre jour Colin malade,
Dedans son lit,
D’une grosse maladie,
Pensant mourir,
De trop songer à ses amours
Ne peut dormir ;
Il veut tenir celle qu’il aime
Toute la nuit.

Saint-Hyacinthe prend tous les mots l’un après l’autre, les commente en plusieurs langues, s’appesantit sur ceux qui ont le moins besoin d’explication, et s’efforce de faire trouver partout des beautés. En composant cette critique, notre Aristarque aurait dû s’apercevoir qu’il confondait aux yeux des gens du monde, et rendait également ridicules les compilateurs insipides, et ces érudits qui, à force de collations de textes et de commentaires, sont parvenus à éclaircir les auteurs anciens.

Les uns veulent que Mathanasius vienne de deux mots grecs, dont le sens est j’apprends, je règne, et signifie, prince des commentateurs. Selon d’autres, il vient d’un mot grec qui signifie docteur, et du mot provençal ase, âne.

Quoi qu’il en soit, les armes gravées au bas du portrait du docteur sont un soufflet, avec un paon et un âne pour supports, et un perroquet pour cimier ; ce qui signifie que le docteur Mathanasius est ignorant comme un âne, orgueilleux comme un paon, rempli de vent comme un soufflet, et qu’il répète comme un perroquet ce qui a été dit avant lui. On lit autour de ce portrait : Chrysostomus Mathanasius Dr. Q. S. M. D. L. L. ; ce qui peut s’interpréter par : Docteur qui se moque de la littérature.

Suivant Camusat (Histoire critique des journaux), le plan du commentaire du docteur Mathanasius se fit à table, au commencement de l’année 1714, entre cinq ou six amis, et Themiseuil de Saint-Hyacinthe fut chargé de l’exécution. Les Mémoires de l’Académie de Troyes, par Grosley et Lefèvre ; les Chats, par Moncrif ; la Dissertation sur l’antiquité de Chaillot, par Defeuille, et le Projet d’une histoire de la ville de Paris sur un nouveau plan, par Coste, de Toulouse, peuvent être regardés comme des imitations du Chef-d’œuvre d’un inconnu.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE