LA FRANCE PITTORESQUE
Dinan, ville d’arbres et d’histoire
(Source : Le Télégramme)
Publié le samedi 21 février 2015, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Dinan, son château, ses remparts, ses églises, ses maisons à pans de bois... Et ses arbres ! Méconnu, le « patrimoine arboré » de la ville vient de faire l’objet d’une étude qui en révèle les trésors verts. En janvier, deux arbres ont reçu le label « arbres remarquables de France », et les promenades, elles, intéressent jusqu’au Conseil de l’Europe... Lumière sur ces « oubliés du patrimoine ».
 

Au milieu des 70 édifices classés et de l’histoire millénaire de la cité aux remparts, des monuments de feuilles et d’écorce restaient méconnus et sous-estimés. « Dinan est une ville d’exception qui a beaucoup travaillé sur son patrimoine monumental : églises, couvents, remparts, etc. Depuis la création de la revue annuelle "Le Pays de Dinan", il y a 34 ans, on s’est beaucoup attaché au patrimoine immatériel : les passages de Châteaubriand, de Marcel Proust, de Victor Hugo et Juliette Drouet ou du peintre Turner... Mais il y avait un manque : les arbres », résume Loïc-René Vilbert.

« La ville la plus bellement arborée des Côtes-d’Armor »
Il y a deux ans, le bibliothécaire municipal a donc fait appel au spécialiste départemental des arbres remarquables, Mickaël Jézégou. Aidé par Hubert Ménard et Gwenola Prié-Guérin, responsables des services espaces verts et urbanisme de la Ville, ce fin connaisseur a fait l’inventaire des plus belles essences plantées à Dinan. La synthèse est parue dans le dernier volume du « Pays de Dinan », sous le titre « Dinan, ville d’arbres et d’histoire ». « Je vais peut-être faire des jaloux, mais en Côtes-d’Armor, c’est la ville la plus bellement arborée », confie l’auteur.

Dinan. Promenade des Petits-Fossés
Dinan. Promenade des Petits-Fossés

Les exotiques magnifiques
Trois arbres se détachent par leur provenance, leur âge et leur beauté. L’araucaria du cimetière, l’un des plus anciens et imposants de Bretagne, a reçu le 22 janvier, date du courrier officiel reçu en mairie, le titre d’« arbre remarquable de France ». Tout comme un deuxième arbre exotique : le Gingko Biloba du Jardin Anglais, sans doute le deuxième plus ancien de Bretagne, ramené du Japon en 1853. Chouchou des Dinannais à qui il fait voir la vie en rose, chaque printemps, le magnolia de l’église Saint-Malo a été offert par le maire de Rennes, en 1850. Il est classé dans les « arbres remarquables de Bretagne », pas de France, pour l’instant. Mais seul Quimper et le parc du Thabor, à Rennes, possèdent un magnolia de Chine si ancien. Ces arbres des antipodes témoignent de « l’ouverture au monde » de Dinan. Tout comme la centaine de palmiers plantés dans les jardins en ville, depuis la moitié du XIXe siècle. « Une densité exceptionnelle ! », remarque Mickaël Jézégou.

Les promenades arborées : des raretés en Europe
Mais « la découverte importante » de l’étude, selon Loïc-René Vilbert, sont les promenades arborées : Petits et Grands Fossés, ou promenade de la Fontaine-des-Eaux, datant de 1769 et moins épargnée. « Ils peuvent paraître banals, mais ces 3 km de mail, plantés à partir du XVIIIe siècle, sont exceptionnels. Les Petits et Grands Fossés sont classés au titre des monuments naturels au niveau national, ce qui est très rare en Bretagne. C’est le maire, Charles Duclos, secrétaire perpétuel de l’Académie française et ami de Jean-Jacques Rousseau, qui décida de les réaliser au milieu XVIIIe siècle pour donner des espaces verts aux Dinannais. Par la suite, elles ont pratiquement partout été rasées pour faire des grands boulevards », conte Loïc-René Vilbert. « Très peu de villes en Europe, comme Copenhague ou Bar-sur-Aube, ont aussi bien conservé leurs promenades à travers trois siècles », note Mickaël Jézégou. Au point qu’une émissaire du Conseil de l’Europe est actuellement en contact avec la mairie à propos de ces promenades qui ont survécu au règne de l’automobile et pourraient trouver un second souffle avec les « déplacements doux » en vogue en ce XXIe siècle.

Un label à la ville en 2015
Ce n’est pas le maire, auteur d’un article sur ces promenades arborées dans « Le Pays de Dinan » 2010, qui s’en plaindra. « Les arbres étaient un peu les oubliés du patrimoine, une partie a d’ailleurs souffert, les promenades ont été rabotées ces dernières années. Notre rôle est de les préserver », indique Didier Lechien. Pour ce faire, le maire a signé, le 5 janvier, une convention avec l’association nationale des arbres remarquables. La remise officielle du label « Arbres remarquables de France » à la Ville devrait avoir lieu cette année. Et une exposition se prépare pour mai ou juin à la bibliothèque.

Gwen Catheline
Le Télégramme

Accédez à l’article source

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE