LA FRANCE PITTORESQUE
Mer du Nord. Découverte d’une forêt
engloutie entre France et Angleterre
(Source : Ouest France)
Publié le mardi 17 février 2015, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Une plongeuse scientifique vient de découvrir les vestiges de l’immense forêt engloutie voici 6 000 ans entre France et Angleterre. Une jolie promenade dans le temps.
 

Pas de ferry. Encore moins de tunnel sous la Manche. Pensez : pas de Manche du tout... Voici 10 000 ans, le niveau de la mer était plus bas qu’aujourd’hui. Au moins 100 mètres plus bas. Les hommes du Mésolithique pouvaient donc traverser à pied sec ce qui deviendra le Channel. Et installer des campements sur les sommets qui s’élevaient de la plaine entre Bretagne et Normandie, et qui deviendront Jersey, Guernesey, Sercq, Aurigny et Chausey.

Un cercle de pierres vieux de 5 000 ans
Chausey, où un cercle de pierres mégalithique a été découvert dans la vase voici quelques années, vieux d’environ 5 000 ans – et à l’époque évidemment réalisé sur ce qui était alors de la terre ferme.

Voici 10&nbsp000 ans, en tout cas, une immense forêt couvrait la cuvette formée par la Manche, au fond de laquelle coulait un grand fleuve – la future Tamise. Cette forêt, une plongeuse scientifique vient d’en découvrir des traces irréfutables.

Troncs d’arbres et branches recouverts d’algues
A l’occasion d’une plongée, Dawn Watson, océanographe a fait une découverte surprenante, rapportée par le Washington Post : les vestiges de cette forêt, engloutie voici environ 6 000 ans. « J’ai d’abord pensé que c’était des morceaux d’épaves », a expliqué Dawn Watson à la BBC. Avant qu’elle se rende compte qu’il s’agissait de troncs d’arbres et de branches recouverts d’algues.

Les géologues connaissent cette forêt qui, à une période de glaciation (donc de bas niveau des océans), se dressait entre la France et l’Angleterre sur une terre appelée Doggerland (voir l’illustration ci-dessous).

Un vrai « paradis »
« Il y a 10 000 ans, cet espace était un des plus riches en matière de chasse, de capture d’oiseaux et de pêche en Europe », raconte Bernhard Weninger de l’université de Cologne. On y trouvait « un bassin important d’eau de source, alimenté par la Tamise à l’ouest et par le Rhin à l’est », explique le scientifique, qui n’hésite pas à comparer l’endroit à un « paradis ». Cette forêt a été peu à peu engloutie lors de la dernière fonte des glaces, il y a environ 6 000 ans. Qui a aussi submergé ce qui deviendra la baie du Mont-Saint-Michel, isolant les îles Anglo-Normandes et Chausey.

Mais au fait, pourquoi ces traces n’ont-elles été trouvées qu’aujourd’hui  ? L’océanographe Dawn Watson pense que si les vestiges de la forêt sont désormais visibles, c’est grâce à une tempête qui a touché la côte du comté de Norfolk en 2013. Et qui permet, aujourd’hui, de se promener dans les bois.

Hervé Hillard
Ouest France

Accédez à l’article source

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE