LA FRANCE PITTORESQUE
Épée (L’) d’apparat de François Ier
portée lors de la défaite de Pavie
(Source : Le Point)
Publié le dimanche 8 février 2015, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Saisie comme butin de guerre par un Espagnol, c’est Murat qui la récupère à Madrid à la demande de Napoléon
 

Le 24 février 1525, le roi de France est fait prisonnier par le chevalier italien César Hercolani à la bataille de Pavie, qui envoie 10 000 Français au tapis. La tente de François Ier est aussitôt pillée par les vainqueurs. Le colonel major des Italiens Juan Aldana s’empare de l’épée d’apparat du souverain français. Celle-là même qui est aujourd’hui exposée par le musée de l’Armée des Invalides. La jeune assistante de conservation Marina Viallon l’a sortie de sa vitrine pour mieux nous la présenter.

N’étant pas destinée à combattre, mais à orner le flanc du roi lors des cérémonies, cette arme est une pure merveille d’orfèvrerie. La lame italienne est signée du fourbisseur Cataldo. La salamandre, emblème personnel de François, se retrouve en plusieurs endroits. Comme elle n’est pas surmontée d’une couronne, on peut supposer qu’elle a été forgée avant que François ne monte sur le trône. Le pommeau est orné de feuilles d’acanthe dorées tandis que la poignée torsadée est largement émaillée. Richement décorée elle aussi, la lame est plate avec une gouttière centrale.

L'épée d'apparat de François Ier
L’épée d’apparat de François Ier

Sur les quillons de l’arme, on peut lire une phrase en latin signifiant Il a placé la puissance dans son bras. L’arme saisie comme butin de guerre par Aldana est revendue par son fils au roi d’Espagne Philippe II en 1585. Plus de deux siècles plus tard, quand l’Espagne est occupée par les Français, Napoléon demande à Murat de la lui rapporter à Paris. À partir de 1808, l’empereur la conserve dans son cabinet de travail du palais des Tuileries jusqu’à son abdication en 1815.

Frédéric Lewino et Anne-Sophie Jahn
Le Point

Accédez à l’article source

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE