LA FRANCE PITTORESQUE
Merckeghem : derrière les ruines,
l’histoire de l’abbaye de Ravensberg
(Source : La Voix du Nord)
Publié le vendredi 12 décembre 2014, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
De l’ancienne abbaye de Cisterciennes fondée vers 1191 par Christine de Ravensberg, il ne reste que peu de vestiges. Pourtant, l’édifice a rayonné sur la Flandre maritime du XIIe au XVIIIe siècle, sous la dépendance de l’abbaye de Clairmarais.
 

Aujourd’hui, il ne reste qu’une grange en ruines, propriété privée de M. Vantorre, là où se trouvaient les dépendances de l’abbaye. Dans cette grange se trouvait une poutre provenant d’un moulin sur laquelle figure des gravures ainsi que la date 1690.

De l’abbaye, il ne resterait plus que quelques pierres blanches, toujours visibles sur la route vers Bollezeele à l’emplacement de l’abbaye (ancienne maison de M. et Mme Vitse). Deux pilastres de porte se trouvent dans la pâture devant la maison. D’après une légende, un tunnel existerait sous ces terrains, celui-ci reliant l’abbaye de Ravensberg à celle de Watten. Or, Guislain Vantorre a retrouvé, lors du drainage de son terrain, des drains de béton servant à l’évacuation d’eau, soutenu par des voûtes, qui ont fait penser à un tunnel. Il existe aussi à Lynck le lieu-dit « pont l’abbesse ».

Ruines de l'abbaye de Merckeghem
Ruines de l’abbaye de Merckeghem

Un peu d’histoire
Son nom proviendrait de l’abbesse de l’abbaye de Bourbourg, qui se rendait à Ravensberg en empruntant un canal avec un gué sur lequel a été construit le pont l’abbesse.

En 1194, un monastère est bâti sur la terre d’Houthove : l’abbaye de Ravensberg (appelée aussi abbaye d’Houthove). Christine, dame de Ravensberg, de haute noblesse, est considérée comme la fondatrice de cette abbaye en raison des dons qu’elle fait. Les 28 religieuses du couvent dépendent de l’abbaye de Clairmarais mais nomment elles-mêmes leur chapelain et leur abbesse. Les femmes qui vivaient au Ravensberg sont de bonne famille et l’abbaye, grâce aux dons, devient riche.

À la veille de la Révolution, la communauté possède terres, fermes et moulins. Les bâtiments, des constructions massives, dominent la plaine maritime. La chapelle de style gothique a les dimensions d’une église de village. Elle accueille plusieurs centaines de personnes. Lorsque Dunkerque est pillée et brûlée en 1383, le roi de France Charles VI vient au secours du comte de Flandre et loge à l’abbaye avec sa cour. En octobre 1790, les bâtiments sont mis en vente et en septembre 1792, les dernières religieuses quittent le couvent après six siècles de présence à Merckeghem, alors que 26 abbesses s’y sont succédé. Commence ensuite la destruction, les matériaux étant récupérés par les maçons des environs.

La Voix du Nord

Accédez à l’article source

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE