Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 20 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

24 juin 1340 : combat naval de l'Ecluse, perdu par les Français

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Juin > 24 juin > 24 juin 1340 : combat naval de (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 24 juin. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
24 juin 1340 : combat naval de l’Ecluse, perdu par les Français
Publié / Mis à jour le samedi 22 juin 2013, par LA RÉDACTION
 

Edouard III, roi d’Angleterre, ayant déclaré la guerre à Philippe de Valois, partit de Douvres le 22 juin 1340. Le lendemain, il rencontra la flotte française, composée de cent vingt gros vaisseaux, sans compter les petits bâtiments : elle l’attendait entre l’Ecluse et Blaugueberge ; il ne balança pas à livrer le combat. Les Anglais firent une manœuvre qui ne contribua pas peu au succès de cette action, en tournant la flotte française, et gagnant par ce moyen l’avantage du soleil et le dessus du vent.

Les Français, étonnés de ce mouvement, l’attribuèrent à la frayeur ; mais ils changèrent bientôt d’opinion, lorsqu’ils virent les ennemis s’avancer sur eux à voiles déployées. Ce combat fut le plus terrible qu’on eût encore vu sur la mer depuis le commencement de la monarchie. Si les Français avaient quelque avantage par le nombre, les Anglais avaient celui de voir à leur tête leur intrépide monarque, qui disposa son armée navale avec toute la prévoyance et tout le génie du capitaine le plus expérimenté, et combattit en héros : blessé à la cuisse d’un coup de flèche, il ne perdit jamais un moment ce sang-froid qui caractérise les grands hommes, se portant partout, donnant ses ordres avec précision, et multipliant, pour ainsi dire, sa présence par son activité.

Les Français lui disputèrent la victoire avec une bravoure inconcevable. Le combat avait déjà duré longtemps, sans qu’aucun des deux partis pût s’attribuer la supériorité, lorsque les vaisseaux flamands, jusque-là spectateurs de l’action, vinrent se joindre aux escadres anglaises : ce renfort décida de la fortune de cette journée. La défaite fut sanglante : les historiens les plus modérés font monter la perte à vingt mille hommes ; d’autres la portent jusqu’à trente mille, et quatre-vingt-dix vaisseaux pris ou coulés à fond. On attribue en partie la cause de ce malheur à la mésintelligence des trois amiraux, Kiriel, Barbevère et Baluchet.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !