Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 14 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

9 juin 1720 : le cardinal Dubois est sacré archevêque de Cambrai

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Juin > 9 juin > 9 juin 1720 : le cardinal Dubois (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 9 juin. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
9 juin 1720 : le cardinal Dubois
est sacré archevêque de Cambrai
Publié / Mis à jour le vendredi 7 juin 2013, par LA RÉDACTION
 

Dubois usant de tout le pouvoir qu’il avait sur l’esprit du Régent, l’avait pour ainsi dire forcé à le nommer archevêque de Cambrai. Le nouveau prélat aurait bien désiré être sacré par le cardinal de Noailles, archevêque de Paris ; mais ce cardinal refusa tout net. On lui fit parler au nom du Régent ; mais il répondit avec modestie et respect sans s’expliquer sur les motifs, et fut inébranlable. Dubois dévora cet affront. Il n’était point embarrassé de trouver des évêques qui auraient brigué l’honneur de le sacrer. Muni d’un bref pour recevoir tous les ordres à la fois, et d’une permission de l’archevêque de Rouen, il se rendit de grand matin avec l’évêque de Nantes dans une paroisse du grand-vicariat de Pontoise, la plus voisine de Paris, et y reçut tous les ordres à une messe basse.

Il en repartit aussitôt pour se trouver au conseil de régence, quoique les premiers arrivés eussent déjà annoncé en présence du Régent qu’il ne fallait pas attendre faille qui était allé faire sa première communion à Pontoise.

On se récria sur sa diligence quand on le vit entrer. Le prince de Conti lui fit un compliment ironique sur la célérité de son expédition en fait d’ordres sacrés. Dubois l’écouta sans se démonter, répondit froidement que si le prince était plus instruit de l’histoire de l’Eglise, il ne serait pas si surpris de cette ordination précipitée, et cita là-dessus celle de saint Ambroise Chacun applaudit à l’érudition et au parallèle.

Le sacre se fit au Val-de-Grâce avec la plus grande magnificence. Toute la cour y fut invitée, et s’y trouva. Les ambassadeurs et autres ministres des princes protestants y assistèrent dans une tribune opposée à celle où était le Régent, dont les grands officiers faisaient les honneurs de la cérémonie.

Le cardinal de Rohan avait voulu être le consécrateur. Ennemi de l’archevêque de Paris, il crut l’humilier en lui faisant voir un homme à qui il avait refusé les ordres, avoir pour consécrateur un cardinal, un prince de l’empire, L’évêque de Nantes fut le premier assistant. Il avait donné les ordres. « II était naturel, dit Duclos, qu’il suivît son gibier. » Le second assistant fut le célèbre Massillon, évêque de Clermont. Le Régent lui-même l’en avait prié ; et les grandes obligations qu’il avait au duc d’Orléans ne lui permirent pas le refuser.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !