Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 15 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

27 mai 1584 : mort du poète et diplomate Guy du Faur de Pibrac

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Mai > 27 mai > 27 mai 1584 : mort du poète et (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 27 mai. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
27 mai 1584 : mort du poète
et diplomate Guy du Faur de Pibrac
Publié / Mis à jour le dimanche 26 mai 2013, par LA RÉDACTION
 

Guy du Faur, seigneur de Pibrac, naquit en 1528, à Toulouse, d’une famille distinguée, et parut avec éclat dans le barreau de cette ville. Député aux Etats d’Orléans en 1576, il présenta au roi le cahier des doléances qu’il avait rédigé lui-même. Quelque temps après, Charles IX le choisit pour être un de ses ambassadeurs au concile de Trente. Il y soutint éloquemment les intérêts de la couronne et les libertés de l’Eglise gallicane.

Le chancelier de l’Hôpital, bon juge du mérite, lui fit donner, en 1565, la charge d’avocat général au parlement de Paris. Pibrac fit renaître la raison et l’éloquence dans le barreau, livré depuis longtemps à la barbarie et à l’indécence. Le duc d’Anjou étant allé prendre possession du trône de Pologne, Pibrac l’accompagna, et répondit pour lui aux harangues de ses sujets. A son retour en France, il réussit à négocier entre la cour et les protestants, un traité de paix dont il fut l’arbitre, comme il en avait été l’auteur.

Henri III récompensa ses services par une charge de président à mortier ; la reine de Navarre et le duc d’Alençon le choisirent pour leur chancelier. Il mourut à Paris, le 27 mai 1584, à l’âge de 55 ans ; et la France perdit en lui un grand magistrat. Sa mémoire serait sans reproche , s’il n’eût pas fait l’apologie de la Saint-Barthélemy, acte si opposé à la douceur de son caractère, qu’on croit qu’il ne s’y prêta qu’après y avoir été contraint par des ordres supérieurs.

On a longtemps lu en France ses Quatrains moraux, dont le caractère est la simplicité et la gravité. On les faisait apprendre par cœur aux enfants.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !