Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 23 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

14 mai 1590 : procession de la Ligue

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Mai > 14 mai > 14 mai 1590 : procession de la (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 14 mai. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
14 mai 1590 : procession de la Ligue
Publié / Mis à jour le lundi 13 mai 2013, par LA RÉDACTION
 

Pendant qu’Henri IV faisait le siège de Paris, les ligueurs qui employaient tous les moyens pour entretenir le délire du peuple, lui donnèrent le spectacle d’une procession extravagante et grotesque, composée de tous les moines, minimes, capucins, feuillants et jacobins, ayant tous leurs habits retroussés, le casque en tête, la cuirasse sur le dos, un vieux mousquet sur l’épaule, et le sabre au côté, avec un air terrible, et grinçant les dents, comme dit le président de Thou.

Le fameux Guillaume Rose, évêque de Senlis, marchait à la tête, avec une longue hallebarde â la main. Dom Bernard de Montgaillard, appelé le Petit Feuillant, se distinguent par son ardeur, et quoique boiteux, allait et revenait avec la plus grande agilité, pour régler les rangs. Julien Lepelletier, curé de Saint-Jacques de la Boucherie, et Jean Hamilton, curé de Saint-Côme, faisant l’office de sergents de bandes, commandaient la marche, les haltes, les salves de mousqueterie, et étaient tout glorieux de s’entendre appeler les vaillants Macchabées.

Le cardinal Caietan, légat du pape, qui passait alors sur le pont Notre-Dame, s’étant arrêté, la procession s’arrêta, lui demanda sa bénédiction, et en même temps, lui fit par honneur, une salve de mousqueterie, qui tua un des officiers du légat à ses côtés : cet accident ne troubla point la cérémonie ; ou n’y prit seulement pas garde, dit le président de Thou, et on allait saluer une seconde fois son éminence, mais elle s’était sauvée ayant à peine donné sa bénédiction.

L’histoire a remarqué avec satisfaction que ni les victorins, ni les génovéfains, ni les bénédictins ne voulurent se trouver à cette procession. tout à la fois indécente et séditieuse.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !