Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 20 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

13 mai 1704 : mort de Louis Bourdaloue

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Mai > 13 mai > 13 mai 1704 : mort de Louis Bourdaloue
Éphéméride, événements
Les événements du 13 mai. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
13 mai 1704 : mort de
Louis Bourdaloue
Publié / Mis à jour le dimanche 12 mai 2013, par LA RÉDACTION
 

Louis Bourdaloue, jésuite, fut le premier modèle des bons prédicateurs en Europe ; on l’appelait le roi des prédicateurs, et le prédicateur des rois. Louis XIV voulut l’entendre tous les ans, aimant mieux ses redites, disait-il, que les choses nouvelles des autres.

Bourdaloue était aussi vertueux qu’éloquent : on a dit que sa conduite était la meilleure réfutation des Lettres provinciales. On connaît la réponse de Bossuet à Louis XIV, sur les Spectacles : « Il y a de grands exemples pour, et de fortes raisons contre. » Une femme de la cour demandant à Bourdaloue si elle faisait donc un si grand mal d’aller au spectacle ? « Madame, lui répondit-il, c’est à vous de me le dire. »

Louis Bourdaloue
Louis Bourdaloue

Dans le temps même de la plus grande faveur de madame de Montespan, Bourdaloue fit retentir toutes les chaires de la capitale de son beau sermon contre l’adultère. « Nous entendîmes après dîner, dit madame de Sévigné, le sermon du Bourdaloue, qui frappe toujours comme un sourd, disant des vérités à bride abattue, parlant à tort et à travers contre l’adultère : sauve qui peut, il va toujours son chemin. »

« Bourdaloue fut le premier, dit La Harpe, qui eut toujours dans la chaire l’éloquence de la raison ; il sut la substituer à tous les défauts de ses contemporains. Il leur apprit le ton convenable à la gravité d’un saint ministère, et le soutint constamment dans ses nombreuses prédications. Il mit de côté l’étalage des citations profanes, et les petites recherches du bel esprit.

« Uniquement pénétré de l’esprit de l’Evangile et de la substance des Livres saints, il traite solidement un sujet, le dispose avec méthode, l’approfondit avec vigueur. Il est concluant dans ses raisonnements, sûr dans sa marche, clair et instructif dans ses résultats. Mais il a peu de ce qu’on peut appeler les grandes parties de l’orateur, qui sont les mouvements, l’élocution, le sentiment... ; en portant toujours avec lui la conviction, il laisse trop désirer cette onction précieuse qui rend la conviction efficace. »

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !