Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 22 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

2 mai 1598 : paix de Vervins, entre la France et l'Espagne

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Mai > 2 mai > 2 mai 1598 : paix de Vervins, entre (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 2 mai. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
2 mai 1598 : paix de Vervins,
entre la France et l’Espagne
Publié / Mis à jour le mercredi 1er mai 2013, par LA RÉDACTION
 

Lorsque Henri IV eut réduit Paris et la Ligue, en 1594, il fut encore obligé de continuer la guerre contre Philippe III, roi d’Espagne, qui n’avait pas renoncé à ses vues sur la France, et cherchait toujours à ranimer, par ses émissaires, le fanatisme des Ligueurs ; mais toute la puissance du fils de Charles-Quint fut obligée de céder à la valeur d’Henri IV, et la paix glorieuse de Vervins, en 1598, rétablit la tranquillité au dedans et au dehors du royaume.

Quelques jours après cette paix, Henri IV revenant de la chasse, vêtu simplement, et n’ayant avec lui que deux ou trois gentilshommes, passa la Seine vis-à-vis le Louvre. Voyant que le batelier ne le connaissait pas, il lui demanda ce qu’on disait de la paix : « Ma foi, je ne sais pas ce que c’est que cette belle paix, répondit le batelier, il y a des impôts sur tout, et jusque sur ce misérable bateau, avec lequel j’ai bien de la peine à vivre. — Et le roi ; dit Henri IV ne compte-t-il pas mettre ordre à tous ces impôts-là ? — Le roi est un assez bon homme, répliqua le batelier ; mais il a une maîtresse à qui il faut de belles robes et tant d’affiquets ! Passe encore si elle n’était qu’à lui tout seul ; mais on dit qu’elle se fait caresser par bien d’autres. »

Henri IV, que cette conversation avait beaucoup amusé, envoya chercher le lendemain ce batelier, et lui fit répéter, devant Gabrielle d’Estrées, tout ce qu’il avait dit la veille. Gabrielle, en fureur, parlait déjà de le faire pendre. « Vous êtes folle, dit Henri IV ; moi je veux qu’il ne paie plus rien pour son bateau, et je suis sûr qu’il chantera tous les jours : Vive Henri IV ! vive Gabrielle ! »

 
 
Même section >


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation


Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !