Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 19 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur XNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

11 avril 1789 : mort de l’horloger Jean-André Lepaute

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Avril > 11 avril > 11 avril 1789 : mort de l’horloger (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 11 avril. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
11 avril 1789 : mort de
l’horloger Jean-André Lepaute
Publié / Mis à jour le mardi 9 avril 2013, par Redaction
 
 
Temps de lecture estimé : 1 mn
 

Ce nom appartient à une famille de savants et d’artistes laborieux, dans laquelle on compte quatre mécaniciens célèbres — Jean-André, Jean-Baptiste, tous les deux frères ; Pierre-Henri, Pierre-Basile, neveux des deux premiers —, une femme mathématicienne et astronome — Nicole-Reine de La Brière, épouse de Jean-André Lepaute — et un jeune voyageur mort dans l’expédition de La Pérouse — Joseph Lepaute-d’Agelet, neveu du premier.

Jean-André Lepaute

Jean-André Lepaute

Jean-André Lepaute, né à Thonne-la-Long (Meuse) près de Montmédy, en 1720, se destinait à l’état ecclésiastique, mais son père le détourna de cette carrière, et lui fit apprendre le métier de fondeur en cuivre ; c’est alors que se développèrent ses brillantes dispositions pour l’horlogerie ; il se livra à cet art, et fut bientôt en état de faire des horloges de village. Son génie ne pouvait rester resserré dans un cercle aussi étroit : pour lui donner de l’essor, Lepaute vint à Paris ; alors âgé de vingt ans, il entra chez un habile horloger, et ne tarda pas à surpasser son maître.

Plus tard, Lepaute appela près de lui son frère Jean-Baptiste, qui, comme lui, arriva à vingt ans dans la capitale, après s’être destiné comme André à l’état ecclésiastique, et comme lui enfin devint un horloger célèbre. Cette association produisit les superbes horloges des Tuileries, du Palais-Royal, du Jardin du Roi, de l’École militaire, des Invalides et de l’Hôtel de Ville.

Jean-André Lepaute était d’un caractère enjoué, très désintéressé, aimant beaucoup les arts et les artistes. En 1749, Lepaute avait épousé mademoiselle de La Brière, qui eut de la célébrité par ses connaissances en astronomie et par ses relations avec plusieurs savants du dix-huitième siècle. Ces deux époux moururent à quelques mois de distance, sans laisser de postérité.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, et appuyez sur OK
pour vous abonner gratuitement
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !