Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 20 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

26 mars 1772 : mort de l’historien Charles Pinot Duclos - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Mars > 26 mars > 26 mars 1772 : mort de l’historien (...)

Éphéméride, événements

Les événements du 26 mars. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


26 mars 1772 : mort de
l’historien Charles Pinot Duclos
Publié / Mis à jour le samedi 23 mars 2013, par LA RÉDACTION

 

Charles Pinot Duclos, né à Dinan en 1705, fut reçu à l’Académie des belles-lettres en 1739, à l’Académie française en 1747. Il fut élu secrétaire perpétuer de l’Académie française, le 15 novembre 1755. En 1744, il fut nommé maire de Dinan, et en cette qualité il fut député quatre ans après, aux Etats de Bretagne : le roi lui accorda des lettres de noblesse, d’après le vœu unanime des Etats.

Charles Pinot Duclos
Charles Pinot Duclos

Lorsque Voltaire parut vouloir s’établir en Prusse, Duclos lui succéda dans l’emploi d’historiographe de France. En acceptant cet emploi, il déclara hautement qu’il ne voulait ni se perdre par la vérité, ni s’avilir par l’adulation. « Si je ne puis, dit-il, parler aux contemporains, j’apprendrai aux fils ce qu’étaient leurs pères. »

Peu d’hommes sont nés avec autant d’esprit, non seulement de celui qu’on met dans un livre, mais de celui dont on se fait honneur dans la société. Ce rapport de la conversation avec les écrits, que l’on a remarqué dans plusieurs écrivains célèbres, a peut-être été plus frappant dans Duclos que dans tout autre. Son entretien ressemblait à son style : une précision tranchante, des saillies vives et brusques, une tournure de phrases piquantes et originales, et ce qu’on appelle du trait ; voilà ce qui lui donnait dans ses écrits et dans le monde une physionomie particulière.

Porté de bonne heure dans la meilleure compagnie, en même temps qu’il en goûtait les agréments en homme d’esprit, il observait en homme de talent : celui de dessiner des caractères était alors fort à la mode ; la manière d’écrire de Duclos se prêtait merveilleusement à ce genre : aussi les Confessions du Comte de *** ne sont-elles qu’une galerie de portraits tous supérieurement tracés. Ce mérite, qui est à peu près le seul des Confessions, suffit alors pour leur procurer un grand succès, d’autant plus que, quiconque trace des caractères, est sûr qu’on y mettra des noms, et la malignité ajoute à la vogue. Aujourd’hui ce roman, demeuré comme un ouvrage ingénieux et agréable, n’est pas mis au rang des premières productions de ce genre, parce qu’après tout ce n’est qu’un récit d’intrigues qui n’ont entre elles aucune liaison, et qu’il manque d’imagination et d’intérêt.

Cette suite de portraits fut pourtant regardée comme une singularité heureuse. La baronne de Luz en avait offert un autre : une femme qui succombe toujours et qui n’a jamais tort. Il semblait que celle-là dût faire encore plus de fortune ; mais on n’y vit que des aventures un peu forcées ; le livre ne parut qu’un jeu d’esprit, une espèce de gageure, et l’auteur avait oublié que les faiblesses doivent être non seulement excusables, mais intéressantes.

Acajou n’était encore qu’une gageure : il s’agissait de remplir les sujets de quelques estampes bizarres dont on ignorait le dessin. Duclos en vint à bout ; car de quoi ne vient-on pas à bout avec la féerie ? Au reste, cette petite brochure a fourni au théâtre Italien l’opéra-comique d’Acajou, que l’on y a vu longtemps avec plaisir.

On engagea Duclos à écrire l’histoire : il composa celle de Louis XI ; mais un bon peintre de portraits souvent n’est pas propre à faire un tableau. Duclos n’avait dans le style ni noblesse ni éloquence. La vie de Louis XI est écrite avec une sécheresse rebutante : on vit que cette main qui avait tracé quelques figures de roman et quelques grotesques, n’était pas faite pour manier les pinceaux de l’histoire. Il était encore moins fait pour ceux de la poésie, et nous ne parlerons point de son opéra des Caractères de la Folie, qu’il vit pourtant reprendre dans ses dernières années, et qu’il avait fait apparemment pour montrer qu’un homme d’esprit peut faire de tout.

On sait qu’il n’aimait pas les vers ; que Fontenelle, Marivaux et lui étaient à la tête d’une secte qui avait conspiré contre la poésie, sous prétexte que les vers n’étaient bons qu’à gâter la pensée : celte remarque est parfaitement vraie pour les mauvais vers ; mais le contraire est précisément l’éloge des bons, qui non seulement ne gâtent point la pensée, mais l’embellissent et la fortifient. Quand ils voulaient louer des vers, ils disaient : Cela est beau comme de la prose. Ce propos, comme tant d’autres, est ridicule d’un côté, et vrai de l’autre : des vers bien faits ont toute l’exactitude et toute la justesse de la prose, en y joignant l’expression et l’harmonie poétique.

L’ouvrage qui a fait le plus d’honneur à la mémoire de Duclos, c’est sans doute celui qu’on a imprimé tant de fois, les Considérations sur les Mœurs : le monde y est vu d’un coup d’œil rapide et perçant. Il est rare qu’on ait rassemblé un plus grand nombre d’idées justes et fines, dans des cadres plus ingénieux. Ce livre, semé de leçons utiles et de mots saillants, peut être regardé comme le supplément de l’expérience, s’il peut y en avoir un.

Le hasard a fait faire une observation dont qui que ce soit peut-être ne se serait jamais douté : c’est que dans ce livre, qui traite des mœurs, le mot de femme n’est pas même prononcé : on le dit à l’auteur qui en fut surpris ; mais dans les Mémoires pour servir à l’histoire du dix-huitième siècle, qui sont en quelque façon la seconde partie de ses Considérations, il a bien dédommagé les femmes : elles sont l’objet continuel du livre.

On a reproché à Duclos une certaine dureté extérieure, qui ne nuisait en rien à la beauté de son caractère. Il faisait profession d’une franchise brusque, qui ne déplaisait point, et dont il conservait le ton, même dans la politesse et les louanges, qui n’y perdaient pas ; il était d’une droiture inflexible, incapable de sacrifier son opinion ni sa liberté à aucun intérêt ni à aucune politique. Personne n’a soutenu plus noblement , dans toutes les occasions, la dignité de l’homme de lettres et de l’académicien : il était généralement estimé de ses confrères, même de ceux qui ne l’aimaient pas.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
BON À SAVOIR
 C'est un petit-maître
 
 Amoureux des onze mille vierges
 
MANIFESTATIONS
 Huit chefs-d’œuvre du Louvre transformés en parfums
 
 Imagine Van Gogh : l'exposition immersive vous plongeant dans les toiles géantes du peintre
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 26 mars 1832 : début d'une épidémie de choléra à Paris, à l'origine de 18000 morts pour la seule capitale
 
 26 mars 1814 : mort de Joseph Guillotin, médecin et inventeur de la guillotine
 
 26 mars 1720 : exécution du comte de Horn
 
 26 mars 1788 : mort de l’avocat Jean-Baptiste Gerbier
 
 
Et puis aussi...
 
 26 mars 1826 : mort à Paris de Joseph Ignace Guillotin
 
 26 mars 1871 : à Paris, élection d'une commune s'arrogeant tous les pouvoirs civils et militaires
 
 26 mars 1791 : décret sur les moyens d'établir l'uniformité des poids et des mesures
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 8 ARTICLES

 


Mars
 
 

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services