Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 28 septembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

24 février 1806 : mort du dramaturge Jean-François Collin-d'Harleville

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Février > 24 février > 24 février 1806 : mort du dramaturge (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 24 février. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
24 février 1806 : mort du dramaturge
Jean-François Collin-d’Harleville
Publié / Mis à jour le vendredi 22 février 2013, par LA RÉDACTION
 

Jean-François Collin-d’Harleville, membre de l’Institut, était né à Mévoisins (Eure-et-Loir), le 30 mai 1755. Ce poète comique, d’un talent vrai et original, a laissé des souvenirs qui ne lui font pas moins d’honneur que ses ouvrages. Non moins estimable par le cœur que par l’esprit, il s’est peint dans ses écrits : son caractère, de même que son style, était un mélange de simplicité, de naïveté, de candeur et de sensibilité ; sa gaieté est innocente et douce ; il a donné à la comédie, naturellement effrontée, de la pudeur et de l’ingénuité ; il n’aimait point à peindre les méchants.

Obligé de mettre sur la scène des folies et des ridicules, il choisissait les plus aimables. Au lieu d’imiter faiblement Molière et Regnard, il s’est fait un genre, ou plutôt il a pris le genre que lui avait fait la nature. Son dialogue manque quelquefois de vivacité et de chaleur ; mais il est naturel, plein de grâce et de sentiment ; ses vers sont coulants, faciles, d’un tour heureux et élégant. Jamais il ne court après l’esprit, et il en trouve où l’on aurait cru qu’il n’y en avait point.

Ces différents genres de mérite se retrouvent plus ou moins, dans tous les ouvrages de Collin, dans l’Inconstant, dans l’Optimiste, dans les Châteaux en Espagne, dans le Vieillard et les Jeunes Gens, etc. Mais son chef-d’œuvre est le Vieux Célibataire.

Le plan de cette comédie, représentée pour la première fois en 1792, est fortement conçu, l’action est intéressante, et tous les personnages sont intéressés à l’action ; les incidents naissent du fond du sujet, et amènent le développement des caractères, qui sont tracés de main de maître, du moins ceux du vieux célibataire, de Mad. Evrard, et de l’intendant. Pour peindre les deux derniers, l’auteur semble être sorti de son caractère. Cette seule comédie suffirait pour assurer à Collin-d’Harleville une place très honorable parmi les auteurs comiques du XVIIIe siècle.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !