Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 20 juillet DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

L'éducation sociale. Société individualiste. Individualisme et égocentrisme. Droits de l'homme et devoirs de l'homme. Progrès moral - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire éclaire l’Actu > Société des droits de l'homme : règne (...)

L’Histoire éclaire l’Actu

L’actualité au prisme de l’Histoire, ou quand l’Histoire éclaire l’actualité. Regard historique sur les événements faisant l’actu


Société des droits de l’homme :
règne d’un égocentrisme
affranchissant l’individu de tout devoir ?
(D’après « Ma Revue hebdomadaire illustrée », paru en 1907)
Publié / Mis à jour le dimanche 20 janvier 2019, par LA RÉDACTION

 
 
 
Dans les premières années du XXe siècle, à la veille de la tenue d’un congrès d’éducation sociale, le journaliste Paul Brulat, futur fondateur de la Société littéraire des amis de Zola, brosse un portrait sans concession d’une société contemporaine ne jurant que par les droits de l’homme mais omettant les devoirs de celui-ci, exacerbant l’individualisme, l’égocentrisme et les mauvais sentiments au détriment du progrès moral

Il se prépare un événement qui passe un peu au-dessus ou à côté de la politique courante, mais qui n’en est pas moins digne d’arrêter l’attention de tous, car il soulève un des problèmes les plus graves qui soient, nous explique en décembre 1907 l’écrivain Paul Brulat.

Dans quelques jours, poursuit-il, sur l’initiative de Léon Bourgeois — parlementaire, plusieurs fois ministre, futur président de la Société des Nations (1919), Prix Nobel de la paix (1920) et président du Sénat (1920) —, aura lieu, à Bordeaux, un Congrès d’éducation sociale, où seront appelés à discuter les hommes les plus éminents de notre époque, et non seulement des éducateurs professionnels, mais aussi des juristes, des économistes et des philosophes.

Pour savoir de quels principes s’inspire Léon Bourgeois et le but auquel il tend en convoquant ce congrès, il suffit de relire un petit livre qu’il publia en 1895, et qui est aujourd’hui classique. Pour lui, l’éducation sociale consiste, avant tout, à développer chez l’individu le sentiment de la solidarité, c’est-à-dire de ses devoirs envers ses semblables et de la dépendance mutuelle qui lie chacun à tous et tous à chacun. Voilà la question morale et sociale qui sera agitée au Congrès de Bordeaux, ajoute Brulat.

Elle est vieille comme le monde, direz-vous. Oui, sans doute, mais elle a un grand intérêt, si l’on considère l’état général des esprits, à notre époque. Remarquez, en effet, qu’on nous parle sans cesse des droits de l’homme et presque jamais de ses devoirs. Serait-ce qu’on accorde plus d’importance à ceux-là qu’à ceux-ci ? Il semble, au contraire, qu’avant d’avoir des droits, l’individu ait des devoirs, et que l’on ne saurait en tout cas concevoir les uns sans les autres.

Evidemment, il est plus agréable aux citoyens de la troisième République d’entendre parler de leurs droits, et comme les candidats du suffrage universel tiennent à plaire à leurs électeurs, il est bien naturel que, dans les rapports qu’ils entretiennent avec ces derniers, ils préfèrent placer la conversation sur ce terrain. Toutefois, nous vivons en un temps où il n’est pas indifférent de rappeler aux hommes qu’ils ont des devoirs, car jamais certains n’ont paru considérer ceux-ci d’un cœur plus léger.

Il ne nous suffit pas que les automobiles fassent du cent à l’heure. C’est le progrès moral qui importe le plus, et c’est généralement celui dont on s’inquiète le moins. Nietzsche ne serait pas si célèbre, si les nouvelles générations n’avaient été préparées à accueillir favorablement ces désolantes doctrines d’un individualisme forcené, estime Paul Brulat.

Sa détestable gloire lui vint de ce qu’il exprima les tendances et flatta l’orgueil d’une certaine jeunesse âpre, avide, rusée, véritable bande de renards à deux pieds qui se croient supérieurs et peut-être destinés à devenir des surhommes, parce qu’ils sont dépourvus de scrupules, de générosité, de sens moral et de tous les sentiments dont s’honore quiconque a vécu, réfléchi et souffert.

Tout l’art de vivre, heureusement, ne consiste pas à découvrir un plus faible que soi pour en faire sa proie. Sans doute, il est dans l’ordre naturel que le fort triomphe du faible, et nous sommes obligés d’accepter à cet égard les observations de Darwin, poursuit notre journaliste... Mais c’est justement l’œuvre de la civilisation de protéger les faibles contre la tyrannie des plus forts : c’est dans ce but qu’elle a créé des lois et des institutions qui, si imparfaites qu’elles soient, valent encore mieux que les hommes ; c’est la raison du progrès de chercher la sécurité de tous dans le soulagement de ceux qui souffrent ; de faire que la liberté soit une richesse commune et non le patrimoine de quelques-uns.

Vraiment, la morale de Nietzsche est trop commode pour s’affranchir des devoirs sociaux, en vertu de ce précepte que l’individu se doit avant tout à lui-même ; elle fait trop le jeu des arrivistes féroces dont fourmille la société contemporaine ; elle flatte trop, en les parant des beaux dehors de la philosophie, les bas instincts de l’égoïsme et le coupable désintéressement des misères et des iniquités. Un individualisme aussi exagéré s’adapte mal à la pauvre condition humaine, l’homme étant, de tous les êtres de la création, le moins fait pour vivre seul et se passer de l’aide de ses semblables.

Qu’est-ce qu’un individu, sinon le produit d’un milieu, des générations qui se sont succédé jusqu’à lui et auxquelles il est redevable de sa culture intellectuelle, des pensées et des sentiments qui composent son être moral ? interroge Paul Brulat. Des siècles ont travaillé pour lui, il bénéficie de tous les travaux, de toutes les découvertes du génie humain, et il prétendrait ne rien devoir, et il ne parlerait que de ses droits !

Par une interprétation malheureuse, le mot struggle for lifer qui nous arriva d’Angleterre, en vint à signifier que la lutte pour la vie nous place tous dans la cruelle alternative de dévorer ou d’être dévoré. Ce fut donc à qui écraserait son concurrent et, selon l’expression vulgaire, passerait sur le dos du voisin ; la fièvre malsaine du succès à tout prix s’empara de notre époque, atrophiant dans les âmes les plus belles aspirations, et conduisant à la ruse et à la lâcheté, car l’arrivisme est souvent lâche, uniquement préoccupé d’atteindre son but et de ne pas se compromettre par quelque imprudence généreuse.

Non, la lutte pour la vie n’a rien qui oblige à la férocité, ni qui doive effrayer l’homme de bien, pénétré des sentiments que dicte la nature. Elle enseigne, au contraire, que de la solidarité naissent les luttes fécondes qui fortifient les faibles et améliorent les forts.

Voyez un champ de blé, où l’on peut découvrir l’image exacte de la condition humaine. Les hommes sont comme les épis. Réunis, ils poussent et prospèrent ; isolés, comme on en voit, entre les cailloux et les mauvaises herbes, ils se dessèchent et dépérissent. Chaque être se développe par la vie et le voisinage de ses semblables. La nature frappe les solitaires, comme ces épis séparés qui, dans leur abandon, s’étiolent et meurent, impuissants à pourvoir d’eux-mêmes à leur végétation...

Qu’est-ce qu’un champ de blé, sinon une grande ville où chaque individu, excité par l’émulation, s’élance selon sa sève, se fortifie de l’effort commun ? Ainsi, un champ de blé comporte un enseignement d’une admirable utilité pratique ; il nous montre que le meilleur calcul, la suprême habileté, consistent à aider son prochain.

Le méchant et le solitaire seuls ont tout à redouter, qui forcent leurs semblables, l’un aux représailles, l’autre à l’égoïsme. Si nous sommes doués de la faculté d’analyse, ne nous bornons pas à l’exercer sur nous-mêmes, ne nous stérilisons pas dans le culte du moi, mais cherchons à comprendre l’âme d’autrui, afin de découvrir les sentiments de sympathie qui existent entre elle et la nôtre, conclut le journaliste.


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Il a honte bue ; il a passé par-devant l'huis du pâtissier
 
 Entre chien et loup
 
MANIFESTATIONS
 Huit chefs-d’œuvre du Louvre transformés en parfums
 
 Dentelles (Les) de la cour d'Henri IV renaissent au Puy-en-Velay
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Hygiénomanie : traque des microbes véhiculés par les timbres, fruits et baisers à l'aube du XXe siècle
 
 Augmentation de l'indemnité parlementaire, ou l'indécence politique dénoncée en 1926
 
 Véhicule électrique (Le) : promis à gagner la capitale et à remplacer la voiture à pétrole en... 1900
 
 Démagogie fiscale (La) de l'impôt progressif sur le revenu dénoncée en 1909
 
 
Et puis aussi...
 
 Destruction de la notion de famille par la Révolution : prémices de la souffrance sociale contemporaine ?
 
 « Affaires » politiques : lassantes et laissant impunis les corrompus
 
 L’impôt en France ou l’ersatz de liberté d’un contribuable rançonné
 
 Société (La) de l'avenir : un monde de déracinés oubliant de vivre ?
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 166 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services