Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 1er juin DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Se crever un œil pour faire perdre les deux à un autre. Origine, signification proverbe, expression populaire. Dictionnaire locutions

Vous êtes ici : Accueil > Expressions, Proverbes > Se crever un œil pour faire perdre (...)
Expressions, Proverbes
Proverbes et expressions populaires d’usage courant : origine, signification d’expressions proverbiales de la langue française
Se crever un œil pour faire
perdre les deux à un autre
Publié / Mis à jour le samedi 2 février 2013, par LA RÉDACTION
 
 
 
Le vice se trouve puni par le vice même

Ce proverbe a été employé par Scarron dans le Roman comique, et par d’autres auteurs français bien plus anciens. Il rappelle le fait imaginé par notre trouvère Jean de Boves dans son ingénieux fabliau intitulé le Convoiteux et l’Envieux, dont voici le sujet :

Un convoiteux et un envieux, faisant route ensemble, rencontrent saint Martin, qui, après avoir cheminé quelque temps avec eux, se fait connaître et leur dit, au moment de les quitter : « Je veux vous rendre heureux. Que l’un de vous demande tout ce qu’il désire, je le lui accorderai à l’instant, et je donnerai le double à celui qui n’aura pas demandé. »

Voilà nos deux compères bien joyeux, mais en même temps bien embarrassés, car chacun d’eux aspire à la part plus avantageuse que le saint s’est réservé de faire lui-même, et il sent trop qu’elle ne peut lui échoir que par le désistement de son compétiteur, qui n’est pas assez sot pour y renoncer. La situation est des plus comiques. Tous deux s’exhortent mutuellement à former le plus magnifique souhait, et tous deux se gardent bien de céder à une pareille instance.

Toutes les raisons, toutes les ruses sont impuissantes contre leur résolution fermement arrêtée. Enfin, le convoiteux, transporté de fureur, se précipite sur l’envieux, qu’il saisit à la gorge, en menaçant de l’étrangler s’il ne parle le premier. Celui-ci, dans une telle extrémité, prend encore conseil de sa passion et s’écrie : « Je souhaite avoir un œil de moins. » Aussitôt dit, aussitôt fait : le voilà borgne et son compagnon aveugle. C’est tout le bénéfice qu’ils retirent de leur position, et le vice se trouve puni par le vice même.

Quel dommage que la Fontaine n’ait pas mis en vers ce fabliau si digne de son talent !

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !