Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 19 avril DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur XNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

4 janvier 1730 : mort de l’homme de lettres Jean-Baptiste-Henri du Trousset, sieur de Valincour

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Janvier > 4 janvier > 4 janvier 1730 : mort de l’homme de (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 4 janvier. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
4 janvier 1730 : mort de l’homme
de lettres Jean-Baptiste-Henri
du Trousset, sieur de Valincour
Publié / Mis à jour le jeudi 3 janvier 2013, par Redaction
 
 
Temps de lecture estimé : 1 mn
 

Jean-Baptiste-Henri du Trousset de Valincour était né le 1er mars 1653. Il fit quelques vers, fruits ordinaires de la jeunesse. La Princesse de Clèves parut ; Valincour en donna une critique en 1678, non pour protester contre la juste admiration du public, mais pour lui apprendre à ne pas admirer jusqu’aux défauts.

En 1681, Valincour publia la vie de François de Lorraine, duc de Guise. Bossuet le fit entrer, en 1685, chez le comte de Toulouse, amiral de France, qui bientôt après le fit secrétaire de ses commandements, et secrétaire-général de la marine. A la bataille de Malaga, en 1704, où la flotte française, commandée par le comte de Toulouse, eut à combattre les flottes anglaise et hollandaise réunies, Valincour, quoique étranger au service militaire de la marine, resta constamment auprès du prince, et fut blessé à la jambe d’un coup de canon qui tua un page.

Il fut reçu à l’Académie française en 1699, et nommé membre honoraire de l’Académie des sciences en 1721. Il avait travaillé toute sa vie à se faire, dans la maison de campagne qu’il avait à Saint-Cloud une bibliothèque choisie ; elle fut entièrement consumée à sa vue par le feu, et avec elle périrent des recueils, fruits d’une lecture immense, des mémoires sur la marine, des ouvrages ébauchés ou faits, enfin tout ce que Racine et Boileau avaient écrit de l’histoire de Louis XIV. Ce travail commun était resté entre les mains de Valincour, successeur de Racine, et associé de Boileau dans la place d’historiographe.

Il avait succédé dans l’Académie française à son ami Racine, et il reçut dans cette même compagnie l’abbé d’Estrées qui succédait à Boileau. « Ami dès mon enfance, dit-il, et ami intime de deux des plus grands personnages qui jamais aient été parmi vous, je les ai perdus tous les deux dans un petit nombre d’années. Vos suffrages m’ont élevé à la place du premier, que j’aurais voulu ne voir jamais vacante. Par quelle fatalité faut-il que je sois encore destiné à recevoir aujourd’hui en votre nom l’homme illustre qui va remplir la place de l’autre, et que dans deux occasions où ma douleur ne demandait que le silence et la solitude pour pleurer des amis d’un si rare mérite, je me sois trouvé engagé à paraître devant vous pour faire leur éloge ? »

Ce titre d’ami particulier de Racine, et de Boileau, la onzième satire de ce dernier qui lui est adressée, font aujourd’hui toute la gloire de Valincour.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, et appuyez sur OK
pour vous abonner gratuitement
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !