Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 11 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

11 décembre 1652 : mort du théologien Denis Pétau

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Décembre > 11 décembre > 11 décembre 1652 : mort du théologien (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 11 décembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
11 décembre 1652 : mort du
théologien Denis Pétau
Publié / Mis à jour le lundi 10 décembre 2012, par LA RÉDACTION
 

Ce savant chronologiste, ce théologien profond, était encore ce que n’a été aucun autre chronologiste, aucun autre théologien, un bon poète ; mais c’était sans déroger à la science : il était poète grec, et quelquefois, par accommodement, poète latin. Les savants font cas de sa traduction des Psaumes en vers grecs. Ces vers, qui auraient été pour tout autre un grand et difficile travail, n’étaient qu’un délassement pour le P. Pétau ; il n’y consacrait que le temps de ses promenades, ou de ses allées et venues, en se rendant au chœur ou au réfectoire.

Lorsqu’il voulut écrire sur la chronologie, il crut avoir besoin d’apprendre l’astronomie, parce qu’il y était un peu moins versé que dans les autres sciences. Il fit venir un maître ; mais quand celui-ci eut vu, dès la première leçon, à quel disciple il avait affaire, il s’imagina qu’on avait voulu le jouer, et ne revint pas le lendemain.

Pétau ne haïssait pas les combats littéraires ; il écrivait sur la chronologie, principalement dans l’intention de relever les erreurs de Scaliger. Il fit aussi plusieurs écrits satiriques contre Saumaise, qui les lui rendit bien. Il jouissait d’une si grande réputation dans les pays étrangers, que des Allemands firent exprès le voyage de Paris pour le voir. Lorsqu’ils se présentèrent au collège de Clermont, le portier leur ayant demandé le sujet qui les amenait : Venimus, dirent-ils, venimus videre magnum Petavium (Nous sommes venus voir le grand Pétau).

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !