Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 20 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

4 décembre 1705 : première représentation des Ménechmes, comédie de Regnard

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Décembre > 4 décembre > 4 décembre 1705 : première représentation
Éphéméride, événements
Les événements du 4 décembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
4 décembre 1705 : première représentation
des Ménechmes, comédie de Regnard
Publié / Mis à jour le dimanche 2 décembre 2012, par LA RÉDACTION
 

Cette comédie est peut-être la plus régulière et la mieux travaillée de toutes celles de Regnard. Elle est imitée des Jumeaux de Plaute. L’auteur a supprimé plusieurs incidents de son original pour l’accommoder au Théâtre Français. Il a surmonté avec beaucoup de succès une assez grande difficulté que présentait le sujet.

Comme le jeu de la pièce ne roule que sur la méprise où jette la ressemblance des jumeaux, il fallait que cette méprise surprît et intéressât de plus en plus le spectateur par des incidents toujours nouveaux et toujours inattendus ; il fallait varier ce jeu, qui, pour être toujours le même dans le fond, serait devenu ennuyeux, si on ne lui avait donné des formes nouvelles et des tours toujours différents. C’est en quoi l’auteur a parfaitement réussi. Toutes les surprises, causées par la ressemblance des deux frères, sont amenées avec tout l’art que l’on peut souhaiter, et produisent différemment leur effet jusqu’à la fin de la pièce.

On ne saurait parler aussi avantageusement de la diction des Ménechmes. Elle manque de correction et d’exactitude ; et les bienséances qu’affecte notre langue, et qui font une partie de son mérite, y sont partout blessées.

Regnard avait été longtemps brouillé avec Despréaux : ils se raccommodèrent en 1705. « Ce fut moi, dit Monchesnay, qui raccommodai Regnard avec Despréaux. Ils étaient près d’écrire l’un contre l’autre, et Regnard était l’agresseur. Je lui fis entendre qu’il ne lui convenait pas de se jouer à son maître ; et depuis sa réconciliation, il lui dédia ses Ménechmes. » Regnard avait consulté Despréaux sur sa pièce, comme on le voit dans l’épître dédicatoire :

Favori des Neuf Sœurs qui, sur le mont Parnasse,
De l’aveu d’Apollon marche si près d’Horace,
(...) Accepte avec plaisir
Ce poème imparfait, enfant de mon loisir.
De tes traits éclatants admirateur fidèle,
Ton style de tout temps m’a servi de modèle ;
Et si quelque bon vers par ma veine est produit,
De tes doctes leçons ce n’est que l’heureux fruit :
Toi-même as bien voulu, sensible à mes prières,
Sur cet ouvrage offert me prêter des lumières.

Il paraît que la réconciliation entre Regnard et Despréaux ne fut pas bien sincère de la part du premier ; car il aurait dû supprimer la satire qui a pour titre : Le tombeau de Boileau-Despréaux, satire dont les vers sont beaucoup meilleurs que ceux de l’épître dédicatoire.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !