Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 2 avril DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

25 novembre 1560 : mort d'Andrea Doria, amiral de Gênes

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Novembre > 25 novembre > 25 novembre 1560 : mort d'Andrea (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 25 novembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
25 novembre 1560 : mort
d’Andrea Doria, amiral de Gênes
Publié / Mis à jour le samedi 24 novembre 2012, par LA RÉDACTION
 

Andrea Doria, noble Génois, le plus grand bomme de mer de son siècle, était né à Oneglia, dont Ceva Doria, son père, était seigneur. Il avait d’abord aidé François Ier, roi de France, à s’emparer de Gênes en 1527. Mais l’année suivante, n’ayant pu obtenir de ce prince la liberté de sa patrie, il résolut de l’affranchir lui-même du joug de la domination française. S’étant présenté devant Gênes avec treize galères et- environ cinq cents hommes, il s’en rendit maître en une seule nuit et sans répandre une goutte de sang.

Cette expédition lui mérita le titre de père et de libérateur de la patrie, qui lui fut décerné par un décret du sénat : le même décret ordonna qu’il lui serait érigé une statue, et qu’on lui achèterait un palais des deniers publics. Un nouveau gouvernement fut formé alors à Gênes par ses conseils, et ce gouvernement a subsisté jusqu’à l’époque de la Révolution française.

Peu d’hommes, sans sortir d’une condition privée, ont joué sur la scène du monde un aussi grand rôle que Doria : dans Gênes, honoré par ses concitoyens comme le libérateur et le génie tutélaire de sa patrie ; au dehors, tenant avec les galères qui lui appartenaient le rang d’une puissance maritime. Deux fois sa perte fut tramée ; l’une en 1547, par Louis de Fiesque, dont le complot échoua par la mort du chef, au moment même de l’exécution ; la seconde fois, par Jules Cibo, qui périt du dernier supplice. Ces deux conjurations reçurent d’autre effet que d’accroître encore à Gênes et dans toute l’Italie, le crédit et la réputation de ce grand homme.

Un jour un de ses pilotes, qui l’importunait souvent, s’étant présenté devant lui, témoigna qu’il n’avait que trois paroles à lui dire. « Je le veux, répondit Doria, mais souviens-toi que si tu en dis davantage, je te ferai pendre. » Le pilote sans s’étonner, reprit la parole et lui dit : « Argent ou congé. » André Doria, satisfait de cette réponse, lui fit payer ce qui lui était dû, et le retint à son service.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !