Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 23 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

14 octobre 1670 : première représentation du Bourgeois Gentilhomme, comédie de Molière, devant Louis XIV

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Octobre > 14 octobre > 14 octobre 1670 : première représentation
Éphéméride, événements
Les événements du 14 octobre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
14 octobre 1670 : première représentation
du Bourgeois Gentilhomme
à Versailles, devant Louis XIV
Publié / Mis à jour le jeudi 6 octobre 2016, par LA RÉDACTION
 

Le Bourgeois Gentilhomme est un des plus heureux sujets de comédie que le ridicule des hommes ait jamais pu fournir : la vanité, attribut de l’espèce humaine, fait que des princes prennent le titre de rois, que les grands seigneurs veulent être princes ; et comme le dit La Fontaine :

Tout petit prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages.

Cette faiblesse est précisément la même que celle d’un bourgeois qui veut être homme de qualité ; mais la folie du bourgeois est la seule qui soit comique, et qui puisse faire rire au théâtre : ce sont les extrêmes disproportions des manières et du langage d’un homme avec les airs et les discours qu’il veut affecter, qui font un ridicule plaisant.

Représentation du Bourgeois Gentilhomme
Représentation du Bourgeois Gentilhomme

Cette espèce de ridicule ne se trouve point dans des princes ou dans des hommes élevés à la cour, qui couvrent toutes leurs sottises du même air et du même langage ; mais ce ridicule se montre tout entier dans un bourgeois élevé grossièrement, et dont le naturel fait à tout moment un contraste avec l’art dont il veut se parer. C’est ce naturel grossier qui fait le plaisant de la comédie ; et voilà pourquoi ce n’est jamais que dans la vie commune qu’on prend les personnages comiques. Si Le Misanthrope est admirable, Le Bourgeois Gentilhomme est très plaisant.

Lorsque cette comédie fut jouée pour la première fois à la cour, elle fut très mal reçue. Le roi n’en dit pas un seul mot à son souper ; les courtisans, augurant mal de ce silence, la mirent en pièces. Pendant cinq jours Molière, tout mortifié, se tenait caché dans sa chambre ; il envoyait seulement de temps en temps Baron à la découverte, qui lui rapportait toujours de mauvaises nouvelles.

Enfin, il hasarda une seconde représentation. Le roi dit en sortant à Molière : « Je ne vous ai point parlé de votre pièce à la première représentation ; mais en vérité vous n’avez encore rien fait qui m’ait plus diverti, et votre pièce est. excellente. » Molière commença alors à respirer, et il se vit en même temps accablé de louanges par tous les courtisans. Cet homme-là est inimitable, disait l’un ; en vérité, disait l’autre, il y a un vis comica dans tout ce qu’il fait, que les anciens n’ont jamais rencontré comme lui.

A Paris, la pièce eut d’abord le plus grand succès. Chaque bourgeois y croyait trouver son voisin peint au naturel, et ne se lassait pas d’en rire.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !