Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 2 avril DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

2 novembre 1789 : l'Assemblée nationale constituante met les biens du clergé à la disposition de la Nation

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Novembre > 2 novembre > 2 novembre 1789 : l'Assemblée nationale
Éphéméride, événements
Les événements du 2 novembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
2 novembre 1789 : l’Assemblée nationale
constituante met les biens du clergé
« à la disposition de la Nation »
(D’après « Éphémérides politiques, littéraires et religieuses présentant,
pour chacun des jours de l’année un tableau
des événements, etc. » (Volume 11), édition de 1812)
Publié / Mis à jour le vendredi 2 novembre 2018, par LA RÉDACTION
 

Le président avait d’abord mis aux voix la proposition de déclarer que la propriété des biens du clergé appartenait à la nation. Les clameurs nombreuses qui s’élevèrent contre cette proposition, ayant évidemment la majorité, Talleyrand, évêque d’Autun, et Mirabeau, proposèrent, comme par voie de conciliation, de décréter seulement que les biens du clergé seraient à la disposition de la nation.

Les défenseurs du clergé, sentant le piège qu’on leur tendait, insistèrent avec force pour que la discussion fût rouverte sur cette nouvelle question. Les cris aux voix, aux voix, empêchèrent que leurs réclamations fussent entendues. Les évêques d’Uzès, de Nancy et l’abbé de Montesquieu montèrent au bureau et sommèrent le président de leur donner la parole avant qu’on allât aux voix ; mais la majorité, trompée par le changement de la question, n’appuya pas leur demande, et le décret suivant, rendu par appel nominal, passa à la majorité de cinq cent soixante-huit voix contre trois cent quarante-six.

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord
Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord

« L’assemblée nationale décrète : 1° Que les biens ecclésiastiques sont à la disposition de la nation, à la charge de pourvoir d’une manière convenable aux frais du culte, à l’entretien de ses ministres, et au soulagement des pauvres, sous la surveillance et d’après les instructions des provinces.

« 2° Que dans les dispositions à faire pour subvenir aux besoins des ministres de la religion, il ne pourra être attribué moins de 1200 livres pour la dotation des curés, non compris le logement et le jardin en dépendant. »

Les gens qui cherchent un côté plaisant à tout, remarquèrent que c’était le jour des Morts (2 novembre) que sous la présidence d’un avocat du clergé, et dans la salle de l’archevêché de Paris, l’assemblée nationale avait rendu le décret qui mettait tous les biens du clergé à la disposition de la nation.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !