Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 26 novembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Pavés de routes en sucre ou en caoutchouc ? Circulation, revêtements routiers. Brèves d'Histoire de France. Miettes historiques

Vous êtes ici : Accueil > Brèves d’Histoire > Pavés de routes en sucre ou en (...)
Brèves d’Histoire
Brèves d’Histoire de France : bribes et miettes historiques utiles à une meilleure connaissance de notre passé
Pavés de routes
en sucre ou en caoutchouc ?
(D’après « Le Pêle-Mêle », paru en 1912)
Publié / Mis à jour le mercredi 27 novembre 2013, par LA RÉDACTION
 
 
 
La Revue Britannique donne d’intéressantes nouvelles sur de curieux essais de pavage venant d’être tentés à Londres vers 1912. Il s’agit de pavés en... caoutchouc !

Et s’il faut en croire notre confrère anglais, ils représentent le pavage rêvé, le pavage de l’avenir, car il est tout à la fois doux, élastique, solide et d’un nettoyage pratique, supprimant à la fois le bruit, la boue et la poussière.

Le seul inconvénient de ce pavage est son prix de revient assez élevé, soit environ cinq francs le kilogramme. Mais à cette objection, l’inventeur répond en prétendant que son pavé en caoutchouc dure vingt fois plus longtemps que son frère inférieur l’humble pave de bois. Il cite un essai de pavage en caoutchouc qui fut tenté vers 1890 à la gare d’Easton. Les pavés mis en usage pour cet essai n’ont perdu en vingt ans, par usure, qu’un centimètre et demi d’épaisseur, soit à peine trois quarts de millimètres annuellement.

Il n’est pas sans intérêt de citer à ce propos, les divers matériaux qui servirent successivement et à diverses époques pour la confection des pavés. Ce sont : la pierre, la terre battue, la maçonnerie, le béton, la brique, le bois, l’acier, le verre... Des essais furent aussi tentés avec un amalgame de tourbe comprimée, de liège et d’herbe. Un autre système de pavage en herbe consistait à employer des algues marines séchées et amalgamées avec du goudron.

Enfin, un système encore plus original que les précédents fut celui inauguré au début du XXe siècle à Clino (Californie). Il s’agissait ni plus ni moins que d’un pavage au sucre ! La fondation du pavage était constituée avec du sable et de la mélasse. Les pavés posés dessus étaient en mortier moulé mélangé de sucre. On ne dit pas si les enfants de Clino, cédant à leur gourmandise naturelle, ne léchaient pas, entre deux parties de billes, ce pavage sucré !

Les médecins consultés sur le pavage en caoutchouc, prétendent que le système nerveux des Londoniens ne pouvait qu’y gagner, tout ébranlements par le fait de l’élasticité naturelle de la matière employée, étant supprimé. Les effets pernicieux du coup de talon disparaîtraient et puis, ce qui ne ferait pas sourire les cordonniers, les chaussures verraient leur durée quintuplée. Bénissons donc la venue du pavé de caoutchouc et souhaitons-lui d’être adopté dans toutes nos grandes villes.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !