Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 30 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

13 septembre 1782 : siège de Gibraltar, et essai des batteries flottantes

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Septembre > 13 septembre > 13 septembre 1782 : siège de Gibraltar,
Éphéméride, événements
Les événements du 13 septembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
13 septembre 1782 : siège de Gibraltar,
et essai des batteries flottantes
Publié / Mis à jour le mardi 11 septembre 2012, par LA RÉDACTION
 

Gibraltar occupa singulièrement l’attention de l’Europe dans la guerre de 1779. Les Espagnols entreprirent de se rendre maîtres par la force d’une place que les Anglais devaient à la surprise. Secondés par les Français, ils ne doutaient pas que le succès ne couronnât leurs efforts. Déjà, depuis trois ans, on tenait la garnison exactement bloquée. La valeur française s’accommodant mal de la lenteur de ces moyens, on résolut de convertir le blocus en un siège.

Le plan d’attaque de l’ingénieur français, Darçon, obtint la préférence : dix batteries flottantes, qui devaient être tout à la fois à l’abri de la submersion et du feu, entraient dans ses moyens d’exécution. On acheva, dans les premiers jours du mois de septembre 1782, une nouvelle parallèle devant la place : le 10, on commença du côté de la terre une canonnade, qui dura trois jours. Quand on crut les Anglais fatigués, on introduisit les batteries flottantes dans la rade, malgré un vent violent, qui empêcha d’y faire entrer des chaloupes canonnières et des vaisseaux destinés à diviser le feu de l’ennemi.

La fausse attaque du côté de terre cessa trop tôt : les Anglais dirigèrent alors sur les batteries flottantes une effroyable grêle de boulets, de bombes et d’obus : des boulets rouges de quarante-deux les foudroyèrent en telle abondance qu’il ne fut plus possible d’éteindre le feu, qui y prenait de toutes parts. Ceux qui les défendaient furent obligés de se retirer à travers des périls non moins grands, que s’ils eussent continué à les défendre.

Les Espagnols, malheureux sur terre et sur mer, en revinrent au blocus : mais une flotte anglaise jeta des vivres dans Gibraltar. Alors un simple camp d’observation fut laissé à Saint-Roch, pour empêcher les Anglais de pénétrer en Espagne, si l’on n’avait pu les en expulser.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !