Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 11 juillet DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTube

14 août 1678 : bataille de Saint-Denis, près de Mons, entre l’armée française, commandée par le maréchal de Luxembourg, et l’armée néerlandaise, commandée par Guillaume III

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Août > 14 août > 14 août 1678 : bataille de Saint-Denis,
Éphéméride, événements
Les événements du 14 août. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
14 août 1678 : bataille de Saint-Denis,
près de Mons
Publié / Mis à jour le lundi 13 août 2012, par LA RÉDACTION
 

Cette bataille opposait l’armée française, commandée par le maréchal de Luxembourg, et l’armée néerlandaise, commandée par Guillaume III.

François-Henri de Montmorency-Bouteville, maréchal de Luxembourg
François-Henri de Montmorency-Bouteville,
maréchal de Luxembourg

Dans le temps des conférences pour la paix de Nimègue, et quatre jours après que les plénipotentiaires de France et de Hollande avaient signé cette paix, le prince d’Orange fit voir combien Louis XIV avait en lui un ennemi dangereux.

Le maréchal de Luxembourg, qui bloquait Mons, venait de recevoir la nouvelle de la paix. Il était tranquille dans le village de Saint-Denis, et dînait chez l’intendant de l’armée. Le prince d’Orange, avec toutes ses troupes, fond sur le quartier du maréchal, le force, et engage un combat long et opiniâtre, dont il espérait, avec raison, une victoire signalée ; car non seulement il attaquait, ce qui est un avantage, mais il attaquait des troupes qui se reposaient sur la foi du traité. Cette mauvaise foi ne servit qu’à relever la valeur des Français ; le combat fut sanglant, et l’avantage nous demeura.

Si les hommes ambitieux comptaient pour quelque chose le sang des autres hommes, le prince d’Orange n’eût point donné ce combat : il savait certainement que la paix était signée, et qu’il ne pouvait l’empêcher, même en battant les Français. Lorsqu’on lui demanda la raison d’une pareille conduite, il répondit : « Qu’il n’avait pu se refuser cette dernière leçon de son métier. »

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !