Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 29 mars DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

29 juillet 1693 : bataille de Nerwinde, gagnée par le maréchal de Luxembourg contre le prince d'Orange

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Juillet > 29 juillet > 29 juillet 1693 : bataille de (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 29 juillet. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
29 juillet 1693 : bataille de Nerwinde,
gagnée par le maréchal de Luxembourg
contre le prince d’Orange
Publié / Mis à jour le samedi 28 juillet 2012, par LA RÉDACTION
 

Cette bataille fut la plus meurtrière de toutes celles qui furent données pendant la guerre de 1688. Le maréchal de Luxembourg entra deux fois l’épée à la main, dans le village de Nerwinde. Le duc de Villars fut le premier qui sauta dans les retranchements des ennemis. Deux fois le village fut emporté et repris.

Philippe, duc de Chartres — le même qui fut régent après la mort de Louis XIV —, qui chargeait pour la troisième fois, à la tête d’un escadron, ayant été repoussé, se trouva dans un terrain creux, environné de tous côtés d’hommes et de chevaux tués ou blessés. Un escadron ennemi s’avance, et lui crie de se rendre : on le saisit ; il se défend seul, il blesse l’officier qui le retenait prisonnier, il s’en débarrasse. On revole à lui dans le moment, et on le dégage.

Le petit-fils du grand Condé, qu’on nommait Monsieur le Duc ; le prince de Conti, son émule, qui s’étaient signalés à la bataille de Steinkerque (donnée le 3 août 1692), combattaient de même à celle de Nerwinde pour leur vie, comme pour leur gloire, et furent obligés de tuer des ennemis de leur main, ce qui n’arrive aujourd’hui presque jamais aux officiers-généraux, depuis que le feu décide tout dans les batailles.

Le maréchal de Luxembourg se signala et s’exposa plus que jamais : son fils, le duc de Montmorency, se mit au-devant de lui lorsqu’on le tirait, et reçut le coup porté à son père. Enfin, le général et les princes prirent le village une troisième fois, et la bataille fut gagnée.

Il y eut environ vingt mille morts ; douze mille du côté des alliés, et huit de celui des Français ; c’est à cette occasion qu’on disait qu’il fallait chanter plus de De profundis que de Te Deum. La cathédrale de Paris fut remplie de drapeaux ennemis. Cette victoire est la dernière de celles qui ont signalé la carrière militaire de Luxembourg.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !