Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 3 avril DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

26 juillet 1592 : Armand de Gontaut-Biron, premier maréchal de France de ce nom, est tué d'un coup de canon, au siège d'Epernay

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Juillet > 26 juillet > 26 juillet 1592 : Armand de Gontaut-Biro
Éphéméride, événements
Les événements du 26 juillet. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
26 juillet 1592 : Armand de Gontaut-Biron,
premier maréchal de France de ce nom,
est tué d’un coup de canon
Publié / Mis à jour le jeudi 26 juillet 2012, par LA RÉDACTION
 

Armand de Biron resta boiteux toute sa vie d’une blessure qu’il avait reçue à la jambe à un siège en Piémont. Il se trouva aux batailles de Dreux, de Saint-Denis, de Montcontour. « Je l’ai vu, dit Brantôme, connaître mieux des pays et contrées que plusieurs autres gentilshommes, même de la contrée, jusques à nommer des petits ruisseaux qu’ils ne savaient et connaissaient pas. » Il avait composé des commentaires que le président de Thou regrette. Il était le parrain du cardinal de Richelieu, et il lui avait donné son nom d’Armand.

Il paraît que le premier maréchal de Biron se permettait de mettre à ses services des restrictions un peu contraires à la fidélité et à l’humanité. Son fils lui représentait qu’à la retraite de Caudebec on aurait pu détruire entièrement l’armée du duc de Parme, et terminer la guerre : il s’étonnait que la proposition qu’il avait faite devant le roi, d’attaquer le duc de Parme, et que le roi avait approuvée ou même prévenue, eût été combattue par son père.

« Oui, mon fils, répondit le maréchal, la guerre était terminée, et il ne nous restait plus qu’à aller planter des choux à Biron. » On n’imaginera jamais quelle est, sur cette réponse, la réflexion de Brantôme : « Voilà, dit-il, ce que c’est que d’un cœur généreux. Qui a une fois sucé du lait de la dame Bellone, jamais il ne s’en saoule. »

Le second maréchal de Biron usa quelquefois, dans la suite, de l’exemple et de la leçon de son père.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !