Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 16 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

23 juillet 1801 : mort de l’helléniste Jean-François Vauvilliers - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Juillet > 23 juillet > 23 juillet 1801 : mort de l’helléniste

Éphéméride, événements

Les événements du 23 juillet. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


23 juillet 1801 : mort de
l’helléniste Jean-François Vauvilliers
Publié / Mis à jour le vendredi 20 juillet 2012, par LA RÉDACTION

 

Son père, originaire de Bourgogne, était professeur de grec au collège de France. Elevé sous ses yeux, il se distingua dès son enfance parles succès qu’il obtint à l’Université de Paris. Sorti du collège, il continua avec plus d’ardeur l’étude des langues anciennes, et fit tant de progrès dans la langue grecque, qu’il put, très jeune encore, remplacer son père.

Les deux premiers ouvrages qu’il publia furent un Essai sur Pindare, et un Examen du Gouvernement de Sparte ; l’Essai sur Pindare annonça un écrivain distingué : Vauvilliers ne se borna pas, comme ses devanciers, à chercher péniblement le sens du lyrique grec ; il le traduisit d’une manière poétique, et donna le premier aux personnes qui n’étaient pas en état de lire l’original, l’idée du style et du génie de ce grand poète. L’Examen du Gouvernement de Sparte, ouvrage curieux et devenu fort rare, montra la vaste érudition de l’auteur ; des discussions pleines de clarté, des vues politiques peut-être trop hardies le firent surtout remarquer.

Ces deux ouvrages ouvrirent à Vauvilliers les portes de l’Académie des Inscriptions : il était déjà professeur au collège de France. Il s’occupa alors, avec le célèbre Caperonnier, d’une édition de Sophocle ; ce savant étant mort, il resta seul chargé de ce travail qu’il acheva, et dont il composa toutes les notes. D’autres écrits moins connus partagèrent ses loisirs jusqu’à l’époque de la Révolution.

On ne vit pas sans étonnement un homme qui jusqu’alors ne s’était occupé que d’études sédentaires, se charger de l’administration des subsistances de Paris. L’étonnement augmenta et fit place à l’admiration, quand on vit cet homme déployer dans cette nouvelle carrière des talents extraordinaires, bannir la disette, approvisionner les marchés, et faire baisser presque subitement le prix des grains. Il n’avait pas moins besoin de courage que de talent : plusieurs fois il se trouva exposé à l’aveugle fureur du peuple, et sut le calmer par son éloquence et sa fermeté.

Des services si importants furent mal récompensés. Vauvilliers effrayé du danger que courait la religion, fit paraître en 1791 un ouvrage intitulé : Témoignage de la Raison et de la Foi contre la Constitution civile du Clergé. Cet écrit plein de clarté et de force, et tellement nourri de doctrine, qu’on aurait cru que l’auteur ne s’était jamais occupé que de théologie, lui fit beaucoup d’ennemis. Il fut chassé du collège de France, poursuivi dans sa retraite, et mis en prison. Ayant recouvré sa liberté, il se retira à la campagne d’où il fut appelé par le ministre Benezech pour administrer les subsistances. Impliqué dans une conspiration, il fut arrêté de nouveau ; deux jurys d’accusation et un conseil de guerre le déclarèrent innocent.

A cette époque on le nomma au conseil des Cinq-Cents ; et quelques mois après, il fut compris dans la proscription du 18 fructidor an V. S’étant retiré en Souabe, l’Empereur Paul Ier l’appela à Pétersbourg, et pourvut aux frais de son voyage. Il dut cette faveur à l’amitié de M. de Choiseul-Gouffier son collègue à l’Académie des Inscriptions, qui le reçut dans sa maison, et lui fit le meilleur accueil. Il se serait accoutumé dans cette capitale, dont le climat était cependant contraire à sa santé, sans la révolution qui changea la face des affaires. L’Empereur Paul cessa de régner, et M. de Choiseul fut éloigné de la cour.

Vauvilliers sollicita et obtint la permission de revenir en France. L’activité qu’il mit à faire les préparatifs de son voyage, lui donna une maladie mortelle ; et ce fut un Français, l’abbé Nicolle, avec lequel il s’était lié intimement, qui recueillit ses dernières volontés et ses derniers soupirs.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Retour de bâton
 
 Aller de porte en porte, comme le pourceau de saint Antoine
 
MANIFESTATIONS
 Les Nadar, une légende photographique
 
 Inventions (Les) de Léonard de Vinci reconstituées d'après ses notes
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 23 juillet 1692 : mort de l'historien et grammairien Gilles Ménage
 
 23 juillet 1747 : Bernard de Jussieu use avec succès de l'eau de Lusse contre une morsure de vipère
 
 23 juillet 1812 : mort du chirurgien Auguste-Gottlieb Richter
 
 23 juillet 1773 : mort du naturaliste George Edwards
 
 
Et puis aussi...
 
 23 juillet 1431 : ouverture du concile de Bâle
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 6 ARTICLES

 


Juillet
 
 

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2018 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services