Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 6 avril DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

14 juillet 1791 : mort du botaniste Joseph Gaertner

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Juillet > 14 juillet > 14 juillet 1791 : mort du botaniste (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 14 juillet. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
14 juillet 1791 : mort du
botaniste Joseph Gaertner
Publié / Mis à jour le mercredi 11 juillet 2012, par LA RÉDACTION
 

Joseph Gaertner, célèbre botaniste, vint au monde dans le pays de Wurtemberg (Allemagne), le 12 1732. Malgré le goût décidé qu’il montra de très-bonne heure pour les sciences physiques, on voulut lui faire embrasser d’abord l’état ecclésiastique, puis la carrière du droit. Une répugnance insurmontable l’empêcha de faire aucun progrès soit dans la théologie, soit dans la jurisprudence ; de sorte que, cédant enfin à des vœux bien prononcés, ses parents lui permirent de se livrer tout entier à la médecine, qui ne fut néanmoins pour lui qu’un acheminement vers l’étude plus attrayante de l’histoire naturelle.

Nommé d’abord professeur d’anatomie à Tubingue, il passa bientôt à Pétersbourg pour y remplir une chaire de botanique ; mais il ne tarda pas non plus à quitter la Russie, dont le climat nuisait à sa santé, et revint se fixer dans sa ville natale, où il se donna exclusivement à la dissection et à l’analyse des fruits, ne quittant le microscope que pour prendre le burin, qu’il maniait avec autant de patience que de perfection.

Cet illustre botaniste a fait faire un pas immense à la science des végétaux, en créant la carpologie, dont on soupçonnait à peine les premiers éléments avant lui, et qui devait préparer une réforme totale de cette science. Il réunissait toutes les qualités nécessaires pour exécuter un travail si difficile, avec toute la perfection à laquelle il n’était donné qu’à lui de le porter ; esprit profondément observateur, rare sagacité pour saisir les moindres détails des plus petits objets, talent peu ordinaire dans les arts de dessin, et relations suivies avec les premiers botanistes de l’Europe : aussi son ouvrage est-il un monument qui durera aussi longtemps que la phytologie elle-même. On avait déjà proposé avant lui de baser la classification des végétaux sur les diverses parties du fruit. Il alla beaucoup plus loin, disséqua les fruits de plus de mille plantes, observa soigneusement les différences qu’ils présentent dans leur structure, et arriva ainsi à la découverte de ce grand principe, qu’ils sont construits sur le même plan dans les familles naturelles.

Malgré son exactitude reconnue, il s’est trompé quelquefois ; car on a relevé plusieurs erreurs qu’il ne sut pas éviter ; mais ce sont des taches légères qui n’empêcheront pas son livre d’être dans tous les temps indispensable à ceux qui ne voudront point se contenter d’une connaissance superficielle des plantes. Ce qu’il y a de remarquable, c’est que l’importance de ce travail classique fut reconnue plus tard en Allemagne qu’en France, où les esprits avaient été préparés par Adanson à l’adoption des principes qui s’y trouvent proclamés.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !