Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 2 avril DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

13 juillet 1762 : mort de l’astronome James Bradley

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Juillet > 13 juillet > 13 juillet 1762 : mort de l’astronome
Éphéméride, événements
Les événements du 13 juillet. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
13 juillet 1762 : mort de l’astronome
James Bradley
Publié / Mis à jour le mercredi 11 juillet 2012, par LA RÉDACTION
 

Bradley a été surnommé par un juge compétent, Biot, le modèle des astronomes. Né en mars 1693 à Shereborne, il vécut uniquement dévoué à la science. Son histoire n’offre donc d’autres événements que ses découvertes : deux surtout lui assurent l’immortalité, celle de l’aberration des étoiles fixes et de la nutation de l’axe de la terre.

Laplace les décrit l’une et l’autre dans sa belle Exposition du système du monde. Suivant lui, l’artiste qui exécuta l’instrument à l’aide duquel Bradley reconnut l’aberration des étoiles, mérite de partager sa gloire : cet artiste était Graham, fameux horloger anglais. Bradley remplaça Halley dans la placé d’astronome royal à l’observatoire de Greenwich. Ses Mémoires et ses Observations ne sont pas les seules choses dont il ait enrichi l’astronomie. Modeste et laborieux, il communiquait généreusement les résultats de ses recherches.

Ainsi se sont répandues, sans qu’il les ait jamais publiées, sa méthode pour calculer les éléments d’une comète par trois observations, et sa nouvelle règle pour le calcul des réfractions. Le même désintéressement présidait au reste de sa conduite : il avait résigné deux bénéfices, et en refusa un autre, parce qu’occupé d’observations astronomiques, il ne trouvait pas de loisir pour d’autre emploi. La munificence royale l’en récompensa par une pension de deux cent cinquante livres sterling. Peu de temps après, Bradley fut admis au conseil de la Société royale de Londres, et toutes les académies de l’Europe voulurent le compter au nombre de leurs membres.

Toujours plus laborieux, à mesure qu’il devenait plus illustre, il abrégea ses jours par l’excès de son zèle scientifique. Quoiqu’il parlât bien, il était naturellement silencieux ; sa défiance de lui-même allait au point qu’il n’aimait guère plus à écrire qu’à parler.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !