Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 27 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

13 juillet 1775 : mort du père Neuville, jésuite

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Juillet > 13 juillet > 13 juillet 1775 : mort du père (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 13 juillet. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
13 juillet 1775 : mort du
père Neuville, jésuite
Publié / Mis à jour le mercredi 11 juillet 2012, par LA RÉDACTION
 

Il est l’un des plus célèbres prédicateurs du dix-huitième siècle. Les sermons du père Charles Frey de Neuville jouissaient d’une grande célébrité longtemps avant l’impression : ils n’ont rien perdu à paraître au grand jour ; le public les a fort accueillis : il s’en est fait plusieurs éditions en peu de temps. Cet orateur a une manière à lui, et ne ressemble à personne. Ses deux oraisons funèbres, l’une du cardinal de Fleury, l’autre du maréchal de Belle-Isle, n’ont pas moins réussi que ses sermons, surtout la première, dans laquelle, parmi des tableaux de la plus grande force, le tableau ingénieux et antithétique du jansénisme n’a pas trop déplu aux jansénistes mène.

« Jours de présomption et d’indocilité, où, par un raffinement de souplesse et de dissimulation profondes, l’erreur, vaste et hardie dans ses projets, timide et mesurée dans ses démarches, condamne l’Eglise, et ne la quitte pas ; reconnaît l’autorité, et ne plie pas ; dédaigne le joug de la subordination, et ne le secoue pas ; respecte les pasteurs, et ne les suit pas ; dénoue imperceptiblement les liens de l’unité, et ne les rompt pas ; sans paix et sans guerre, sans révolte et sans obéissance. »

On y remarque surtout un portrait de la Cour, dont les traits sont sentis, qui est d’un courtisan profond autant que d’un orateur éloquent, et qui finit par ce trait supérieur encore à tous les autres : « Où les heureux n’ont point d’amis, puisqu’il n’en reste point aux malheureux. »

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !