Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 26 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

2 juillet 1298 : bataille de Worms

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Juillet > 2 juillet > 2 juillet 1298 : bataille de Worms
Éphéméride, événements
Les événements du 2 juillet. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
2 juillet 1298 : bataille de Worms
Publié / Mis à jour le lundi 2 juillet 2012, par LA RÉDACTION
 

Il s’agit d’une bataille dans laquelle Albert Ier, fils de l’empereur Rodolphe de Habsbourg, et premier duc d’Autriche, tue de sa propre main Adolphe de Nassau, son compétiteur à l’Empire.

Le 23 juin 1278, Adolphe de Nassau, empereur d’Allemagne, avait été déposé à la diète de Mayence, et Albert nommé à sa place. Mais il fallut que les armes jugeassent en dernier ressort de ce que la diète avait prononcé. Les deux compétiteurs, après s’être prodigué mutuellement les injures d’usage, les noms d’usurpateur et de révolté, se rencontrèrent à Gelheim, entre Worms et Spire. Albert avait des troupes de Souabe et d’Alsace, les forces des électeurs qui l’avaient nommé, et quelques auxiliaires envoyés par le roi de Hongrie. Adolphe était soutenu par les électeurs de Bavière, de Cologne, et par plusieurs princes d’un rang inférieur.

La chance semblait être en sa faveur ; mais Albert lui persuada, par de faux rapports, qu’il se retirait, abandonné d’une grande portion de son armée. Adolphe accourut, avec sa seule cavalerie, pour couper la retraite à son ennemi. Albert, qui avait formé le projet d’éteindre la guerre civile dans le sang de celui dont il avait fait prononcer la déposition, arma une troupe d’élite d’une espèce de poignard d’invention particulière, avec ordre d’en frapper les chevaux, et de n’avoir pour but que de pénétrer jusqu’à l’endroit où se trouverait Adolphe.

Ce moyen réussit : la cavalerie de l’empereur fut dispersée ; lui-même reçut une blessure à la tête, et son cheval fut tué sous lui. Il s’élança sur un nouveau cheval, et, parcourant les rangs, la tête découverte, il se fraya un passage vers Albert, qui encourageait ses soldats. « Tu vas, s’écria-t-il, en l’apercevant, quitter à la fois la couronne et la vie. — Le ciel en décidera », répondit Albert, en lui portant un coup de lance au visage. Adolphe tomba mourant, et les partisans d’Albert l’achevèrent.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !