Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 15 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

30 juin 1315 : mort du philosophe et théologien Raymond Lulle

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Juin > 30 juin > 30 juin 1315 : mort du philosophe (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 30 juin. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
30 juin 1315 : mort du philosophe et
théologien Raymond Lulle
Publié / Mis à jour le samedi 30 juin 2012, par LA RÉDACTION
 

Célèbre philosophe chrétien du XIIIe siècle, que par une inconcevable inadvertance plusieurs écrivains ont confondu parmi les adeptes des sciences occultes, il naquit vers l’an 1235 à Palma, capitale de l’île Majorque, où son père possédait de riches domaines, et il y occupa lui-même la dignité de sénéchal du palais.

Raymond Lulle
Raymond Lulle

La première moitié de sa vie s’écoula au sein des plaisirs et de la dissipation ; et déjà il était père de famille lorsque, rentré en lui-même à la suite d’une aventure galante, il entreprit le pèlerinage de Sant-Iago (Galice). De retour à Majorque (vers 1268), il se retira dans une solitude : c’était le temps où, à la voix du pape Célestin IV, les princes chrétiens s’armaient pour la délivrance de la Terre-Sainte. Echauffé bientôt par ses méditations pieuses, Raymond Lulle eut des visions, et forma le projet d’une croisade spirituelle : l’exaltation de son esprit ne l’égara point dans des rêveries éphémères ; il se mit à étudier la philosophie, la théologie, se familiarisa avec la langue arabe, puis fit paraître son fameux ouvrage intitulé Ars generalis, dans lequel est développée cette méthode d’enseignement si connue sous le nom de doctrine lullienne, et qui tendait à démontrer par le raisonnement la vérité des dogmes de la foi chrétienne.

Ne pouvant suivre Raymond Lulle dans la succession d’aventures qui remplirent se vie, nous nous bornerons à dire que cet infatigable apôtre de la foi prouvée ne parvint à répandre sa doctrine en Europe qu’après d’incroyables efforts. Elle y était publiquement enseignée dès 1298 dans quelques collèges établis surtout grâce à la protection des rois Jacques II d’Aragon et Philippe le Bel ; mais les vues de ce philosophe étaient trop au-dessus de son siècle ; elles n’excitèrent même dans les trois suivants qu’une stérile admiration. La conversion des musulmans était l’objet auquel visait Raymond Lulle ; plusieurs papes dont il vit s’écouler le règne crurent plus expédient de les soumettre par les armes : il fut même traité comme insensé par Benoît VIII lorsqu’il présenta à ce pontife le plan d’une institution de chevalerie chrétienne destinés à délivrer les Saints lieux de la domination des Turcs, et à répandre parmi ceux-ci la foi chrétienne.

Depuis assez long temps Lulle enseignait publiquement sa doctrine à Paris avec l’approbation de l’université, lorsqu’en 1311, un concile général ayant été convoqué à Vienne, il s’y rendit pour provoquer diverses décisions relatives à son grand projet : cette démarche fut encore vaine. Enfin, se voyant abandonné à ses seules forces après la mort des deux souverains ses protecteurs, il met la dernière main à ses travaux et va tenter un dernier et dangereux effort pour l’apostolat auquel il a dévoue sa vie.

Tunis l’avait vu, plusieurs années auparavant, combattre et terrasser les philosophes averroïstes — s’inspirant du philosophe musulman Averroès (1126-1198) — dont quelques-uns même embrassèrent alors le christianisme ; quoique octogénaire il se rembarque pour Tunis, d’où une première fois il a pu s’estimer heureux d’être renvoyé sain et sauf : c’est là que, suivant l’opinion la plus commune, il reçut la mort des martyrs en 1315.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !