Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 29 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Fossoyeurs de la langue française. Éditorial du 10 septembre 2004 paru dans le N° 12 de La France pittoresque (octobre/novembre/décembre 2004)

Vous êtes ici : Accueil > Éditorial > Fossoyeurs de la langue française
Éditorial
Éditorial de Valéry Vigan, directeur de La France pittoresque, site Internet consacré aux richesses de France depuis 1999
Fossoyeurs de la langue française
(Éditorial du 10 septembre 2004 paru dans le N° 12 de
La France pittoresque - octobre/novembre/décembre 2004)
Publié / Mis à jour le dimanche 4 décembre 2011, par LA RÉDACTION
 

Dans un pays où quelque 12% des adultes éprouvent des difficultés avec l’écriture, peut-être la réhabilitation de la dictée scolaire n’est-elle pas la panacée mais constitue-t-elle un important maillon dans la défense d’une orthographe que beaucoup ont naguère voulu « réformer », euphémisme cachant une simple volonté de dénaturer pour simplifier.

N° 12 de La France pittoresque (octobre/novembre/décembre 2004)
N° 12 de La France pittoresque
(octobre/novembre/décembre 2004)

Voici plus d’un siècle, face aux fossoyeurs d’une dictée brandissant la complexité du français pour justifier leur souhait, l’auteur de l’École moderne s’insurgeait : « N’est-ce pas grâce à elle que l’enfant acquiert les plus indispensables connaissances ? Elle enseigne à l’écolier l’art de s’exprimer avec correction, avec élégance. N’a-t-elle pas pour utilité de suppléer, par sa richesse, à la pauvreté de son vocabulaire ? Ne met-elle pas à sa disposition toutes les notes de ce clavier humain dont tout d’abord il bégaie à peine les premiers sons ? Ne vient-elle pas à son aide pour l’amener à traduire ses impressions, à rendre avec quelque précision et quelque abondance ses ébauches de composition ? »

En son temps, Bossuet s’indignait déjà de velléités réformatrices, écrivant que l’Académie « ne peut souffrir une fausse règle qu’on a voulu introduire d’écrire comme on prononce ». Il ajoutait que « si l’on écrivait tans, chans, cham, (...) anterreman... qui reconnaîtrait ces mots ? On ne lit point lettre par lettre, mais la figure entière du mot fait son impression tout ensemble sur l’œil et sur l’esprit, de sorte que quand cette figure est considérablement changée tout à coup, les mots ont perdu les traits qui les rendent reconnaissables à la vue et les yeux ne sont point contents ».

L’influence croissante des images, la désaffection pour la lecture et un goût prononcé pour d’onéreux textos glorifiant l’orthographe phonétique, n’auront-ils pas tôt fait, si l’on n’y prend garde, de sonner le glas d’une langue française malmenée ?

Valéry VIGAN
Directeur de la publication
La France pittoresque
 

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !