Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 28 septembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

Livre histoire SAINT-NIC. Une paroisse cornouaillaise pendant la Révolution par l'abbé Corentin Parcheminou

Vous êtes ici : Accueil > Librairie : Monographies > Finistère (Bretagne) > SAINT-NIC. Une paroisse cornouaillaise
Librairie : Monographies
Monographies d’histoire locale. Catalogue ouvrages, livres villes et villages du Finistère (Bretagne)
SAINT-NIC. Une paroisse
cornouaillaise pendant la Révolution
(par l’abbé Corentin Parcheminou)
Publié / Mis à jour le vendredi 29 juillet 2011, par LA RÉDACTION
 

Le territoire de Saint-Nic, habité dès la préhistoire (dolmens, menhirs, objets en pierre polie) a souvent eu, au fil des siècles, une importance stratégique : il était occupé sur la côte et dans les endroits culminants à l’époque gallo-romaine (route d’Is à Lanvéoc) et il a joué un rôle défensif, grâce au Ménez-Holm (grand feu installé à ses sommets pour signaler l’approche de l’ennemi) lors des invasions normandes.

Par la suite, aux XIe, XVe et XVIe siècles, la violence ne l’a pas épargné, mais c’est bien l’époque révolutionnaire, sujet central de cet ouvrage, qui a laissé dans son histoire les traces les plus marquantes. En 1789, les Saint-Nicais n’étaient pas malheureux (culture, élevage, industrie de la toile), même si des réformes s’avéraient indispensables (répartition des impôts), mais les espoirs furent vite déçus : « La Révolution commença par détruire ». Les municipalités furent créées dans la précipitation, la vie devint plus difficile (récolte de 1791 mauvaise), les lois, lues en breton, se succédèrent sans interruption et les prêtres réfractaires furent sanctionnés.

Mais ce qui fut le plus mal accepté, ce fut la loi sur l’accaparement (réserve de denrées et de marchandises), puis la levée en masse (août 1793) et surtout les réquisitions incessantes (chevaux de selle, avoine, descente des cloches de Saint-Côme, qui ne furent pas fondues mais cachées)...

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !