Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 29 novembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

10 mars 1678 : mort de Jean de Launois

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Mars > 10 mars > 10 mars 1678 : mort de Jean de (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 10 mars. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
10 mars 1678 : mort de Jean de Launois
Publié / Mis à jour le samedi 16 octobre 2010, par LA RÉDACTION
 

Jean de Launoy, célèbre docteur de Sorbonne, fut surnommé le Dénicheur de saints, parce que sa critique éclairée et alors hardie, avait détruit beaucoup de fausses traditions. C’est à lui que le curé de Saint-Roch faisait les plus profondes révérences, quand il le rencontrait, de peur qu’il ne lui ôtât son Saint-Roch.

Le premier président de Lamoignon le pria un jour de ne pas faire de mal à Saint-Yon, le patron d’une de ses paroisses : « Comment lui ferais-je du mal, dit Launoy, je n’ai pas l’honneur de le connoître. » Il avait rayé de son calendrier Sainte-Catherine, et le jour de sa fête il affectait de dire une messe de requiem.

Il attaquait les jésuites et n’était pas janséniste ; et il aima mieux être exclu de la Sorbonne, que de souscrire à la condamnation du célèbre Arnaud son confrère. C’est principalement depuis les écrits du docteur Launoy, qu’on ne confond plus Saint-Denis l’aréopagite avec Saint-Denis évêque de Paris ; qu’on ne croit plus au voyage du Lazare et de la Madeleine en Provence, ni à la fondation des Carmes sur le Mont-Carmel, par le prophète Elie, dont ils portent encore le manteau.

Parmi le grand nombre de ses ouvrages, on distingue un traité de Veteri ciborum delectu in Jejuniis, dans lequel il s’efforce de prouver, par des exemples des premiers siècles de l’Eglise, que les jours de jeûne on peut manger de la viande. On a aussi de lui une Histoire curieuse, savante et pleine de critiques, de l’une et de l’antre fortune d’Aristote dans l’école ; histoire qui a peut-être empêché de renouveler l’arrêt de 1634, lequel défend, sous peine de mort, de rien enseigner de contraire à la doctrine d’Aristote, par conséquent de rien savoir qu’Aristote n’ait pas su.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !