Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 15 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

28 février 1791 : journée dite des poignards

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Février > 28 février > 28 février 1791 : journée dite des (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 28 février. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
28 février 1791 : journée dite
des poignards
Publié / Mis à jour le samedi 16 octobre 2010, par LA RÉDACTION
 

Journée dite des poignards. Depuis quelque temps déjà le bruit se répandait qu’on transportait, toutes les nuits, au donjon de Vincennes des armes, des canons, des munitions de toute espèce, et qu’il existait depuis les Tuileries jusqu’à Vincennes un souterrain secret par où le roi et la famille royale devaient s’évader.

Aussitôt une foule innombrable s’ébranle pour aller démolir le donjon. D’un autre côté, trois cents particuliers, la plupart militaires ou députés à l’assemblée nationale, redoutant une diversion funeste, se réunissent au château pour défendre la personne du roi. Presque tous étaient armés ; l’amour-propre de la garde bourgeoise qui était de service ne pouvait manquer d’être blessé ; bientôt des ombrages s’élevèrent, des défiances furent semées ; la garde nationale s’échauffa et menaça de désarmer tous ceux qui occupaient les appartements du roi, lequel, instruit de la fermentation qui régnait, sortit de son cabinet et invita les personnes armées à déposer leurs armes : ils obéirent et se retirèrent.

En sortant, une partie de la garde, postée sur leur passage, la baïonnette au bout du fusil, voulut les fouiller et les fouilla, excepté MM. de Beauharnais, député de Paris, et Chabert, chef d’escadre, qui déclarèrent qu’ils ne seraient fouillés que morts, et qui passèrent librement. Huit autres furent arrêtés et conduits à l’Abbaye. La garde nationale entra ensuite dans les appartements, et s’empara de tous les pistolets.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !