Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 6 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

20 février 1477 : assassinat de Jacques Ier, roi d'Ecosse

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Février > 20 février > 20 février 1477 : assassinat de (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 20 février. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
20 février 1477 : assassinat de
Jacques Ier, roi d’Ecosse
Publié / Mis à jour le vendredi 15 octobre 2010, par LA RÉDACTION
 

Jacques Ier, roi d’Ecosse, est assassiné. Il était le troisième roi de la famille des Stuart, qui était montée sur le trône d’Ecosse, en 1370. C’est avec lui que commence cette longue chaîne de malheurs, qui a fait donner à la maison des Stuart le titre d’Infortunée. Ce prince, après avoir été dix-huit ans prisonnier en Angleterre, fut massacré la nuit dans son lit, par son oncle Walter, comte d’Athol, escorté d’une troupe d’assassins.

Le roi était logé avec la reine, sa femme, dans le couvent des Dominicains, à Persht : ses domestiques avaient été gagnés, et le roi ne fut défendu que par deux femmes. Une jeune dame de la maison de Douglas, attachée à la reine, entendit le bruit que faisaient les assassins en voulant enfoncer la porte de l’appartement ; elle courut à cette porte pour en fermer les verroux, les domestiques les avaient enlevés ; elle opposa aux efforts des assassins la faible résistance de son bras ; elle eut le bras coupé. Le roi, plein de valeur autant que de vertu, saisit son épée, et tua quelques-uns de ses assassins. La reine dont la tendresse animait le courage, s’élança au-devant de leurs épées, et fit à son mari un rempart de son corps : elle fut percée de plusieurs coups, qui firent craindre pour sa vie. Le roi en reçut vingt-huit, la plupart mortels, et tomba enfin accablé par le nombre.

Par la suite, tous les assassins périrent au milieu des supplices : celui du comte d’Athol fut horrible, comme son crime ; on commença par le promener nu dans Edimbourg ; on lui donna ensuite l’estrapade ; on lui mit sur la tête une couronne de fer ardent ; on lui déchira les entrailles, on les brûla ; on le tenailla ; enfin on lui arracha le cœur, et on le jeta au feu ; puis on décapita et on écartela son cadavre.

Après l’assassinat de leur père, les filles de Jacques Ier furent réduites à chercher un asile en France, où une de leurs soeurs était dauphine ; c’était la première femme de Louis XI ; elle mourut à vingt ans, déjà lasse de la vie ; son dernier mot fut : « Fi de la vie ; qu’on ne m’en parle plus. »

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !