Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 23 mars DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Roi Lothaire II (Lotharingie), carolingien. Naissance, mort, couronnement, règne. Carolingiens - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Rois, Présidents > Lothaire II (né vers 825, mort le 8 (...)

Rois, Présidents

Biographie des rois, empereurs, présidents français. Vie des souverains, faits essentiels, dates-clés. Histoire des règnes


Lothaire II
(né vers 825, mort le 8 août 869)
(Roi de Lotharingie : règne 855-869)
Publié / Mis à jour le lundi 11 octobre 2010, par LA RÉDACTION

 

Roi de Lorraine, il était le second fils de l’empereur Lothaire Ier. Son père convoqua ses grands vassaux, l’an 855, et, en leur présence, partagea ses États à ses enfants : c’était alors le seul moyen d’éviter les troubles qui éclataient au moment de la vacance du trône. Louis, l’aîné, eut l’Allemagne et l’Italie, avec le titre d’empereur (Louis II le Jeune), et Charles, le cadet, le royaume de Provence ; quant à Lothaire, il obtint tout le pays situé entre le Rhin et la Meuse, qui prit de son nom celui de Lotharingia, dont la langue française a fait Lorraine.

Lothaire, après avoir reçu le serment de fidélité de ses nouveaux sujets, alla voir, à Francfort, son oncle Louis de Germanie, dont il désirait se faire un appui : il épousa, en 856, Theutberge, fille de Théodebert, l’un des descendants de Childebrand, frère de Charles Martel, et il se rendit ensuite à Orbe, ville de la Bourgogne transjurane, pour régler avec ses frères quelque contestation qui s’était déjà élevée entre eux. Il se réunit ensuite à Louis pour dépouiller Charles de ses États et l’obliger d’entrer dans un couvent ; mais ce jeune prince s’échappe de leurs mains, et retourne en Provence.

Lothaire se ligue avec Louis de Germanie pour faire la guerre à leurs voisins ; puis, mécontent de la part qu’il devait avoir dans les dépouilles, il renonce à cette alliance, et va offrir ses services à Charles le Chauve contre les Normands. Tandis qu’ils étaient occupés au siège de l’île d’Oissel (858), Louis de Germanie pénètre dans l’Alsace, s’avance en vainqueur jusqu’à Sens, et convoque un concile à Attigny pour faire déposer Charles le Chauve, roi de Francie occidentale.

Lothaire II (855-869)
Lothaire II (855-869)

Lothaire se hâte de faire la paix avec Louis, et de retourner dans ses États ; mais dès que Charles eut recouvré son royaume, il s’allia de nouveau avec lui contre Louis de Germanie, leur ennemi commun. Un an après son mariage, Lothaire avait chassé de sa cour Theutberge ; et il vivait publiquement avec Valdrade, sœur de Gonthier, archevêque de Cologne. Les parents de Theutberge lui représentèrent l’injustice et le scandale de sa conduite ; et, pour les apaiser, il consentit à recevoir Theutberge dans son palais.

Mais, résolu de l’éloigner irrévocablement, il suscita un délateur, qui affirma par serment qu’avant son mariage la reine avait eu des habitudes criminelles avec son frère le duc Humbert. Theutberge offrit de se justifier par l’épreuve de l’eau bouillante, et présenta un champion qui entra pour elle dans une cuve remplie d’eau, dont il sortit sans avoir éprouvé le moindre mal. La princesse fut aussitôt reconduite en triomphe dans son palais et rétablie dans tous ses honneurs.

Craignant néanmoins que Lothaire ne finît par attenter à sa vie, elle se détermina depuis à s’avouer coupable du crime qu’on lui imputait. Elle renouvela cet aveu au concile d’Aix-la-Chapelle, en 860, et y fut condamnée à une pénitence publique ; mais elle s’enfuit en France, où son frère avait déjà trouvé un asile. Deux conciles confirmèrent successivement la décision de celui d’Aix, et autorisèrent Lothaire à se remarier : il se hâta d’en donner connaissance au pape ; et, sans attendre sa réponse, il épousa Valdrade en 862. Craignant que Charles le Chauve ne prît la défense de Theutberge, il renouvelle ses anciens traités avec Louis de Germanie et lui cède l’Alsace, sous la seule condition qu’il serait aidé par lui dans toutes les guerres qu’il aurait à soutenir.

Cependant, le pape Nicolas Ier, instruit du divorce de Lothaire, indique un nouveau concile à Metz pour examiner cette affaire. Les légats envoyés pour le présider se laissent séduire, et l’assemblée confirme toutes les décisions prises dans les précédentes. Le pape, de plus en plus persuadé de l’innocence de Theutberge, et secrètement excité par des émissaires de Charles le Chauve, qui voulait profiter de cette dissension pour dépouiller son neveu, assemble à Rome un concile, qui casse les actes de celui de Metz et excommunie tous les évêques qui ont pris part à leur rédaction.

Lothaire, abandonné des évêques de son royaume, écrit au pape pour justifier sa conduite ; mais le pape lui répond qu’il a donné au monde entier, par son divorce, un scandale qu’il doit réparer en reprenant son épouse, et le menace de l’excommunication s’il n’obéit. La crainte d’un châtiment dont les effets étaient alors terribles détermine Lothaire à se soumettre : il va au-devant de Theutberge, à Gondreville (864), et jure, en présence du légat et de toute la cour, de la recevoir pour épouse et de la traiter comme telle.

Mais, dès que le légat est parti, il fait revenir Valdrade, qu’il avait éloignée par bienséance, et relègue Theutberge dans un coin de son palais. La reine s’échappe et retourne à la cour de France. En 867, Lothaire conduit en Italie une armée au secours de l’empereur Louis, son frère, attaqué par les Sarrasins. Il avait le projet d’aller à Rome, se flattant de vaincre l’inflexibilité du pape et de le faire consentir à son divorce : mais Nicolas Ier étant mort (décembre 867) il se contenta d’écrire une lettre de soumission à son successeur, Adrien II, et se hâta de revenir dans ses États, où sa présence était nécessaire.

Ayant pris toutes les mesures propres à assurer la tranquillité de son royaume pendant son absence, il repassa en Italie, en 868, eut une entrevue à Rome avec le pape Adrien, lui fit des présents considérables, et en reçut de grands témoignages d’amitié. Avant de l’admettre à la communion, le pape lui fit jurer sur l’hostie, ainsi qu’aux seigneurs de sa suite, qu’il avait suivi exactement les ordres de son prédécesseur, et que sa rupture avec Valdrade était sincère et sans retour.

Le serment sur l’eucharistie était alors au nombre des épreuves ou jugements de Dieu, en vertu des paroles de saint Paul, que celui qui reçoit indignement le corps et le sang de Jésus-Christ mange et boit son jugement. On croyait en conséquence que quiconque osait ainsi se parjurer mourrait infailliblement dans l’année.

Lothaire et ses Français, surpris, effrayés, mais trop avancés pour pouvoir reculer, prononcèrent en tremblant le serment redoutable ; et le roi reçut du pontife une palme qui représentait la réussite de toutes ses entreprises, une férule indiquant le pouvoir de chasser les évêques qui s’opposeraient à ses desseins, et enfin une lionne qui représentait Valdrade. Mais, en quittant Rome, il fut attaqué d’une fièvre violente, et, s’étant fait transporter à Plaisance, il y mourut le 8 août 869. On ne manqua pas, d’après les préjugés du temps, d’attribuer cette mort à son parjure. La reine Theutberge se retira au monastère de Sainte-Glossinde de Metz, dont elle était abbesse et où elle est enterrée.

Lothaire avait de Valdrade deux filles et un fils, nommé Hugues, auquel il donna le duché d’Alsace, qu’il avait racheté ; mais ce jeune prince ne put pas en prendre possession. Le règne de Lothaire II forme une époque remarquable dans notre histoire. La malheureuse passion qu’il ne put vaincre, et à laquelle il fit sans hésiter les plus grands sacrifices, contribua beaucoup à accélérer la ruine de la seconde dynastie. Il abaissa son autorité devant celle du clergé ; et à cette erreur, qui était celle de son temps, et qui fut aussi celle de ses frères et de ses oncles, il ajouta le tort de faire à ces derniers des concessions non moins funestes.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Fort comme un Turc
 
 Faire la barbe à quelqu'un
 
MANIFESTATIONS
 Plans-reliefs restaurés de Louis XIV : de retour aux Beaux-Arts de Lille
 
 Graver pour le roi
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Robert II le Pieux ou le Sage ou le Dévot (né en 972, mort le 20 juillet 1031)
 
 Philippe II Auguste ou le Conquérant ou Dieudonné (né le 21 août 1165, mort le 14 juillet 1223)
 
 Louis X le Hutin ou le Querelleur (né le 4 octobre 1289, mort le 5 juin 1316)
 
 Louis II le Bègue (né le 1er novembre 846, mort le 11 avril 879)
 
 
Et puis aussi...
 
 Théodebert Ier ou Thibert (né en 504, mort en 548)
 
 Clodomir (né en 495, mort en 524)
 
 Charlemagne ou Charles Ier (né le 2 avril 742 ou 747 ou 748, mort le 28 janvier 814)
 
 Clovis IV (né en 680, mort en 695)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 99 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services