Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 27 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Histoire France, 1528. Guerre du Milanais se poursuit. Image de la Vierge fut brisée dans la rue des Rosiers

Vous êtes ici : Accueil > Chronologie de l’Histoire > Histoire de France : année 1528
Chronologie de l’Histoire
L’Histoire de France année après année. Chronologie évoquant personnages historiques, événements célèbres, faits mémorables, lieux importants
Histoire de France : année 1528
(Règne de François Ier depuis le 1er janvier 1515)
Publié / Mis à jour le vendredi 9 avril 2010, par LA RÉDACTION
 

Lautrec, après avoir saccagé Pavie en mémoire de la défaite et de la prison du roi, s’avance vers Naples ; il en fait le siège ; il y meurt de maladie ; Cette mort et la défection d’André Doria, trop négligé par le gouvernement, font lever le siège : l’armée française y avait été presque détruite par les maladies.

La guerre s’entretient faiblement dans le Milanais. Gênes et Savone suivent la révolution, et se rendent à l’empereur. Défi du roi et de l’empereur. Philippe de Savoie, frère du père de la duchesse d’Angoulême, et oncle de François Ier est fait duc de Nemours. C’est le père de celui qui fut si connu pendant la ligue.

La protection que François Ier accordait aux savants le mit aussi en rapport avec les premiers réformateurs. Ceux qui voulaient opposer l’autorité des saintes écritures à celle de la cour de Rome avaient entrepris avec zèle l’étude des textes sacrés dans les langues originales ; on leur devait la renaissance de l’étude du grec et de l’hébreu.

Selon le Précis de l’Histoire des Français de Sismondi, François Ier n’était point savant, il était moins encore philosophe : par goût de libertinage, il avait vu avec plaisir les érudits attaquer les prêtres et les moines, qu’il méprisait ; il se scandalisa au contraire quand il les vit attaquer aussi les images, antiques objets de sa vénération. Une image de la Vierge fut brisée dans la rue des Rosiers, le 31 mai 1528, par des sectaires qui se croyaient appelés à détruire l’idolâtrie.

Il vit dans cet acte de rébellion, un signe de mépris pour son autorité, et les luthériens lui parurent dès lors des criminels de lèse-majesté, qu’il résolut de punir. Pendant tout le reste de sa vie, on le vit passer tour à tour du désir d’être flatté par les savants à la colère contre les novateurs, et en conséquence montrer de la faveur à la réforme, puis envoyer au supplice les réformateurs.

 
 
Même rubrique >


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation


Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !