Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 16 septembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

11 février 1814 : combat de Montmirail - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Février > 11 février > 11 février 1814 : combat de Montmirail

Éphéméride, événements

Les événements du 11 février. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


11 février 1814 : combat de Montmirail
Publié / Mis à jour le vendredi 19 mars 2010, par LA RÉDACTION

 

La victoire de Champ-Aubert avait coupé l’armée de Silésie par le centre : Napoléon se trouvant ainsi placé entre ses deux ailes, les obligeait à fuir devant lui, ou à accepter un combat dont toutes les chances lui étaient favorables. Dès qu’il s’est assuré le succès de la journée (voy. 10 février 1814) il envoie au maréchal Macdonald, qui s’était retiré à Meaux, l’ordre de reprendre vivement l’offensive. Le même jour, à minuit, il dirige sur Montmirail une brigade de la division Ricard, les dragons et lanciers de la garde, que commandaient les généraux Edouard Colbert et Laferrière, sous les, ordres du général Nansouty. A leur arrivée, ces différents corps prennent ou mettent en, fuite cinq à six cents Cosaques.

Le 11 février, vers cinq heures, Napoléon laisse le maréchal Marmont avec la cavalerie du général Grouchy et la division. Lagrange à Etoges pour surveiller le maréchal Blùcher, dont le quartier-général n’avait pas encore quitté les Vertus. Avec le reste de ses troupes il marche sur Montmirail.

« C’était à qui seraient les premiers à Paris des soldats de Blücher et de ceux de Schwarzenberg. Les Prussiens s’efforçaient de prendre les devants sur tous ; déjà le général York voyait les clochers de Meaux. Le général russe Sacken,qui le soutenait, était à La Ferté. Deux marches encore, et ils bivouaquaient au pied de Montmartre ! Tout-à-coup les Prussiens s’arrêtent ; les Russe les rappellent à grands cris ; la nouvelle du combat de Champ-Aubert leur est arrivée avec la rapidité de la foudre ; et toutes ces colonnes, reployées en grande hâte les unes sur les autres, ne pensent plus qu’à se rouvrir un passage vers leur général en chef. Notre armée, qui s’avançait au-devant d’elles, les rencontre le 11 au matin ; notre avant-garde sortait de Montmirail par la route de Paris ; elle les arrête, et le combat s’engage aussitôt : il est sanglant. A trois heures après midi, le duc de Trévise, qui était resté en arrière avec la vieille garde, rejoint l’armée par la route directe de Sézanne à Montmirail.

Napoléon ordonne alors une attaque décisive et générale. A droite de la route, en regardant Paris, le maréchal Ney et le duc de Trévise se mettent à la tête de la garde et enlèvent la ferme des Grenaux, autour de laquelle l’ennemi s’était établi en force ; à gauche, le général Bertrand et le duc de Dantzick vont mettre fin au combat que le général Ricard soutient depuis le commencement de la bataille au village de Marchais. Les Russes et les Prussiens renoncent alors au projet de forcer le passage par Montmirail : ils se retirent à travers champs sur Château-Thierry, dans l’espoir de rentrer en communication avec le maréchal Blücher par la seconde route de Châlons qui côtoie la Marne. Napoléon couche sur le champ de bataille dans cette même ferme des Grenaux où le combat a été si opiniâtre. Les valets de pied enlèvent les morts de deux petites pièces où le quartier impérial s’établit ; et ce qui reste de paille et d’abri dans cette ruine est consacre à l’ambulance. »

La victoire de Montmirail mit en notre pouvoir quinze cents prisonniers, six drapeaux, vingt-six bouches à feu : le nombre des morts dans les rangs ennemis dépassa quatre mille : celui des nôtres fut extrêmement faible. Par suite des fautes de Blücher, les corps d’Alsusiew et de Sacken venaient d’être complètement défaits : restait celui du général York (voy. 12 février) : restait enfin Blücher lui-même (voy. 14 février). Tous deux reçurent leur part des grandes leçons militaires que le génie de Napoléon donnait encore.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
BON À SAVOIR
 Qui donne vite donne deux fois
 
 Amoureux des onze mille vierges
 
MANIFESTATIONS
 Marcellin Desboutin : à la pointe du portrait
 
 Loire-Atlantique : terre de trésors
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 11 février 1950 : instauration du SMIG
 
 11 février 1302 : Philippe le Bel fait brûler une bulle du pape Boniface VIII
 
 11 février 1650 : mort de René Descartes
 
 11 février 1822 : mort de Hallé, médecin
 
 
Et puis aussi...
 
 11 février 430 : traité par lequel les Romains cèdent à Genséric, roi des Vandales, une partie de l'Afrique
 
 11 février 1818 : déposition du Peishwa et abolition de ce titre
 
 11 févier 1659 : mort de Guillaume Colletet, l'un des fondateurs de l'Académie française
 
 11 février 1803 : mort de Jean-François La Harpe
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 11 ARTICLES

 


Février
 
 

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services