Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 18 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Roi Lothaire III (Francie occidentale), carolingien. Naissance, mort, couronnement, règne. Carolingiens - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Rois, Présidents > Lothaire III ou Lothaire (né en 941, (...)

Rois, Présidents

Biographie des rois, empereurs, présidents français. Vie des souverains, faits essentiels, dates-clés. Histoire des règnes


Lothaire III ou Lothaire
(né en 941, mort le 2 mars 986)
(Roi de France (Francie occidentale) : règne 954-986)
Publié / Mis à jour le jeudi 4 février 2010, par LA RÉDACTION

 

Roi de France, fils de Louis d’Outremer et de la reine Gerberge, Lothaire III (ou Lothaire) naquit en 941, fut associé au trône par son père en 952, et sacré après la mort de ce monarque, arrivée en 954. Une longue suite de guerres et de ruines ayant prouvé combien est funeste le partage des empires, Charles, frère de Lothaire, fut alors le premier fils de roi qui n’eut point d’États ; et cet heureux exemple a toujours été suivi depuis.

Hugues le Grand pouvait profiter de la minorité de Lothaire pour s’emparer de la couronne ; mais il sentit que, les grands de l’État redoutant moins le pouvoir d’un jeune roi que l’expérience d’un prince tel que lui, il rencontrerait des obstacles capables de perdre sa famille s’il mourait avant de les avoir entièrement surmontés. Il était déjà avancé en âge et regardait le titre de protecteur du trône comme plus avantageux que le rôle d’usurpateur.

Lothaire III (954-986)
Lothaire III (954-986)

En effet, en conduisant les affaires de son roi, il accrut sa puissance personnelle ; et lorsque la mort vint le frapper, en 956, il laissa ses quatre fils paisibles possesseurs de ses immenses domaines, quoique l’aîné de tous, Hugues Capet, n’eût alors que seize ans. Lothaire et la reine Gerberge, sa mère, se trouvèrent soulagés d’un pesant fardeau par la mort d’un vassal qui avait été maître de s’emparer du trône.

S’ils n’accablèrent pas ses enfants dans un âge où ils ne pouvaient encore se défendre, c’est que les mêmes seigneurs qui avaient tenté de s’opposer à l’élévation de Hugues le Grand se seraient armés pour empêcher la ruine de ses fils. Ils voulaient un roi dont le pouvoir fût balancé, et non un monarque en état de se faire craindre ; et la cabale de Hugues, lui survivant, s’attacha avec persévérance à rompre les projets de Lothaire. A la suite des grandes commotions politiques, c’est toujours ainsi que ceux qui en ont profité, quelque divisés qu’ils soient entre eux, s’unissent lorsqu’ils redoutent d’être recherchés sur le passé ; et il n’y avait pas alors une seule famille puissante en France qui n’eût à perdre si le roi rentrait dans l’exercice de son pouvoir et dans la propriété de ses domaines.

La reine mère, femme d’un grand courage, et accoutumée à gouverner, fit plusieurs tentatives pour reprendre la Normandie. Des avis secrets, parvenus à temps à Richard, duc de cette province, le sauvèrent chaque fois des pièges qu’on lui tendit. Lorsque Lothaire fut en âge de gouverner, il employa tous ses soins à rendre de l’éclat au trône, et entreprit nombre d’expéditions guerrières, dont les commencements furent heureux ; mais les intrigues qui régnaient autour de lui et la crainte qu’on avait de le voir devenir trop puissant ne lui permirent jamais de les achever avec gloire.

Doué d’un tempérament robuste et d’une force de corps extraordinaire, Lothaire était d’une dextérité étonnante dans tous les exercices, et son esprit se ressentait de la trempe de son corps, plein de sève et de vigueur. Il était surtout actif et brave jusqu’à l’intrépidité.

Pendant tout son règne il fut aux prises avec de puissants vassaux. Il fléchit longtemps devant la puissance de Hugues Capet, et eut ensuite à lutter contre Richard, comte de Normandie, auquel il fut obligé de demander la paix après avoir vu ses États ravagés par les soldats du duc et par les Normands, que celui-ci avait appelés à son secours. De là il tourna ses armes contre Arnoul, comte de Flandre, s’empara d’Arras et de quelques autres villes, et signa la paix en conservant une partie de ses conquêtes. Il se rendit ensuite à Cologne, où il eut une entrevue avec l’empereur Othon le Grand.

Ces princes se donnèrent réciproquement des marques d’estime, et ils arrêtèrent le mariage du roi avec Emma, fille du roi d’Italie Lothaire II (à ne pas confondre avec Lothaire II roi de Lotharingie). Mais Othon II ayant succédé à Othon Ier, le roi de France, se regardant comme dégagé de tous ses traités, fit une irruption subite dans la Lorraine, et surprit à Aix-la-Chapelle le nouvel empereur, qui pensa tomber entre ses mains au moment où il allait se mettre à table. Outré d’une pareille insulte, Othon se hâta de former une armée, et il marcha droit à Paris, qu’il tint assiégé pendant trois jours.

Forcé par la rigueur de la saison de retourner en Allemagne, il fut poursuivi par Lothaire, qui obtint sur lui quelques avantages, et signa un traité par lequel il renonçait à la Lorraine, dont Othon donna l’investiture à Charles, frère du roi de France. Mais l’empereur d’Allemagne étant mort peu de temps après, Lothaire conçut l’espoir de reprendre la Lorraine, et il y fit aussitôt une irruption. Il s’empara de Verdun, qu’il rendit bientôt, ayant appris que la puissance d’Othon III s’était affermie.

L’association de son fils Louis à la royauté fut le dernier événement mémorable de son règne. Il le fit couronner avec sa femme, Blanche d’Aquitaine, qui, peu sensible à cet honneur, s’enfuit de la cour. Le monarque alla lui-même l’exhorter à revenir auprès de son fils, et ce fut au retour de ce voyage qu’il mourut à Reims, le 2 mars 986. Ce prince, qui a mérité d’être loué par tous les historiens qui tiennent compte des circonstances dans lesquelles se trouvent ceux que la Providence appelle au trône, fut, dit-on, empoisonné par sa femme.

Si l’on juge de la probabilité des crimes par l’intérêt de ceux qui en sont soupçonnés, Emma n’empoisonna pas son époux ; mais le parti qui voulait renverser la famille carolingienne avait un véritable intérêt à en répandre le bruit, afin d’ôter à cette reine tout crédit auprès de son fils. Ce n’est au reste qu’après l’extinction de la seconde dynastie qu’on a osé accuser sa mémoire d’un tel crime.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Suivre l’Évangile des quenouilles
 
 Il a chié dans ma malle jusqu'au cadenas
 
MANIFESTATIONS
 Biscuiterie Brossard : souvenirs d'usine et d'enfance
 
 Inventions (Les) de Léonard de Vinci reconstituées d'après ses notes
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Robert II le Pieux ou le Sage ou le Dévot (né en 972, mort le 20 juillet 1031)
 
 Philippe II Auguste ou le Conquérant ou Dieudonné (né le 21 août 1165, mort le 14 juillet 1223)
 
 Louis X le Hutin ou le Querelleur (né le 4 octobre 1289, mort le 5 juin 1316)
 
 Louis II le Bègue (né le 1er novembre 846, mort le 11 avril 879)
 
 
Et puis aussi...
 
 Philippe Ier (né le 23 mai 1052, mort le 29 juillet 1108)
 
 Childéric III l'Insensé (né vers 714, mort en 755)
 
 Lothaire II (né vers 825, mort le 8 août 869)
 
 Louis XII le Père du peuple (né le 27 juin 1462, mort le 1er janvier 1515)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 99 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services