Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 24 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Roi Clovis IV (Francs), mérovingien. Naissance, mort, couronnement, règne. Mérovingiens

Vous êtes ici : Accueil > Rois, Présidents > Clovis IV (né en 680, mort en 695)
Rois, Présidents
Biographie des rois, empereurs, présidents français. Vie des souverains, faits essentiels, dates-clés. Histoire des règnes
Clovis IV
(né en 680, mort en 695)
(Roi des Francs : règne 691-695)
Publié / Mis à jour le mardi 2 février 2010, par LA RÉDACTION
 

Fils de Thierry III, roi de France, il succéda à son père en l’an 691, n’étant âgé que de neuf ans. Il est parfois désigné sous le nom de Clovis III (qui fut en fait le très provisoire roi d’Austrasie en 675).

Clovis IV (691-695)
Clovis IV (691-695)

Clovis IV avait un frère plus jeune que lui, et l’histoire ne dit pas si ce jeune prince, qui se nommait Childebert, fut appelé au partage du royaume ; car l’histoire de cette époque ne s’occupe que des maires du palais, et par conséquent de la famille des Pépin, qui, conduisant avec prudence le projet formé depuis longtemps de s’emparer du titre de roi, employait tous ses soins à éteindre les souvenirs attachés aux descendants du grand Clovis.

Le monarque de ce nom, qui régnait alors, était sous la tutelle de Pépin le Gros. On ne peut dire s’il aurait eu le courage et les moyens de secouer un jour le joug des maires du palais, puisqu’il mourut en 695, à l’âge de 14 ans, à Choisy-sur-l’Aisne, où il fut enterré. Childebert, son frère, lui succéda.

Tous ces malheureux princes ont été confondus sous le titre de rois fainéants ; mais quand on réfléchit que leur éducation était confiée à ceux qui, après avoir usurpé leur pouvoir, voulaient se mettre à leur place ; quand on voit mourir si jeunes les princes dont le caractère annonçait peut-être des vertus qui faisaient trembler les usurpateurs, on ne peut s’empêcher de plaindre ces mêmes rois que l’histoire a condamnés avec tant de rigueur.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !