Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 25 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Reine Gerberge, carolingienne. Naissance, mort, mariage, règne. Carolingiennes

Vous êtes ici : Accueil > Reines, Impératrices > Gerberge (née vers 750, morte en 774 (...)
Reines, Impératrices
Biographie des reines et impératrices françaises. Vie des souveraines, faits essentiels, dates-clés. Histoire des règnes
Gerberge
(née vers 750, morte en 774 (?))
(Épouse Carloman Ier (roi des Francs avec son frère Charlemagne) en 768)
Publié / Mis à jour le lundi 1er février 2010, par LA RÉDACTION
 

Fille de Didier, roi de Lombardie, et de Ansa, Gerberge était une des sœurs de Désidérade, seconde épouse (ou troisième si l’on compte celle qui aurait été la toute première, Galène) de Charlemagne. Elle avait deux fils, Pépin et Siagrius (connu sous le nom de saint Siacre), quand elle perdit son époux Carloman à Samonay ou Samoncey, dans le diocèse de Laon. A la mort de Carloman les hommes d’armes de son frère Charles s’étaient montrés dans les avenues, et les comtes, les abbés, les évêques, prenant peu garde aux enfants, étaient venus, sans opposition, reconnaître Charlemagne.

La veuve de Carloman, en voyant son domaine envahi, avait cherché un asile avec ses enfants à la cour de son père. La difficulté d’accorder les dates à l’aide des documents incomplets du temps, empêche de savoir si la répudiation de Désidérade précéda ou suivit la mort de Carloman. Il semble indubitable que la répudiation a dû précéder la retraite de Gerberge. Sans doute, Didier aurait craint d’offenser Charles, en accueillant Gerberge, si déjà la répudiation de sa fille aînée ne lui eût fait regarder le roi comme un ennemi.

En se posant comme le protecteur de la veuve et des enfants de Carloman, Didier espérait se rattacher les seigneurs d’Austrasie et de Bourgogne ; mais il se trompa : c’était une dynastie austrasienne qui régnait dans la descendance de Pépin d’Héristal et de Charles Martel. Toute l’Austrasie salua Charles quand il se présenta pour régner, en se plaignant de l’injure que lui faisait la veuve de son frère, qui cherchait un appui près des Lombards. Le partage des deux frères n’a jamais été clairement connu : peu importe que, durant ces trois premières années, Charles ait régné sur le nord ou sur le midi ; tout se perd bientôt dans l’empire qu’il fonda.

Lorsqu’en 774 les armées franques vainquirent les Lombards, on ne sait ce qu’il advint de Gerberge et de son fils Pépin. En revanche, un manuscrit de Saint-Pons de Nice porte que Siagrius, le plus jeune des enfants, fut élevé à l’abbaye de Saint-Pons, s’y fit religieux, et que le pape Adrien lui conféra plus tard l’évêché de Nice. C’est ce Siagrius qui transféra le siège épiscopal de Cimiers à Nice, et mourut en 797.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !