Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 22 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Reine Bilichilde (Francs), mérovingienne. Naissance, mort, mariage, règne. Mérovingiennes

Vous êtes ici : Accueil > Reines, Impératrices > Bilichilde (née en 651, morte en (...)
Reines, Impératrices
Biographie des reines et impératrices françaises. Vie des souveraines, faits essentiels, dates-clés. Histoire des règnes
Bilichilde
(née en 651, morte en 675)
(Épouse Childéric II (alors roi d’Austrasie, puis roi des Francs) en 668)
Publié / Mis à jour le dimanche 31 janvier 2010, par LA RÉDACTION
 

La reine Bathilde, en se retirant en 664, laissait Clothaire III exercer complètement sa fonction de roi de Neustrie et Childéric II celle de roi d’Austrasie. Clotaire mort (673), Ébroïn nomma Thierry III sans avoir convoqué les leudes. Ceux-ci ne voulant pas se laisser imposer un roi, ils prirent les armes et proclamèrent Childéric II, qui était déjà roi d’Austrasie. Ébroïn, abandonné, se réfugia dans une église. Les leudes voulaient le tuer : mais Léodgar demanda sa grâce et on se contenta de l’envoyer dans l’abbaye de Luxeuil.

Childéric II, ayant fait venir son frère : « Parle, et dis ce que tu souhaites qu’on fasse de toi. - Je n’ai qu’un désir, répondit Thierry ; on m’enlève mon royaume : que le Dieu du ciel en décide selon sa justice. » Childéric fit enfermer son frère à Saint-Denis, et appela à son conseil le pieux évêque d’Autun ; pendant quelque temps on vit se renouveler un règne de paix et de justice, mais souvent les avis du prélat n’étaient pas conformes aux désirs du roi dont il combattait les passions, et la faction d’Ébroïn en profita pour semer des germes de discorde entre le prince et son ministre ; toutefois, la confiance du roi n’était pas encore ébranlée.

Mais comme en 668 il avait épousé, en Austrasie, Bilichilde, fille de son oncle Sigebert III et de la reine Himnegilde, Léodgar s’inquiéta de ce lien de parenté, et osa parler de répudiation. Les jeunes leudes blâmèrent hautement le zèle de l’évêque. Le roi crut alors à une conspiration de Léodgar et le fit enfermer à Luxeuil. C’est là qu’était Ébroïn, à qui les prières de Léodgar avaient naguère conservé la vie. Dans le malheur qui les réunissait, les deux ennemis parurent se réconcilier, mais Léodgar seul était sincère.

On vit bientôt combien la prudence et la fermeté d’un conseil éclairé manquaient à Childéric. Dès qu’il fut seul, il fit tant de fautes, qu’il lui devint impossible de se rendre maître des factions soulevées autour de lui. Les murmures venaient jusqu’à son oreille : à la manière des tyrans, il ne savait les faire taire que par des actes arbitraires. On parlait un jour d’un impôt nouveau ; Bodillon en représenta l’inopportunité ; Childéric le fit battre de verges. C’était le traitement des esclaves : la loi en exemptait tout homme de race franque ; les leudes ressentirent tous l’outrage qui leur était fait dans la personne d’un des leurs ; et, à peu de temps de là, allant à Livry, une de ses maisons de plaisance, avec la reine Bilichilde et le plus jeune de ses fils, le roi se vit entouré par des hommes masqués qui le frappèrent en criant : « Souviens-toi du poteau et des verges ! »

Les meurtriers n’épargnèrent ni la reine, ni son fils ; Bilichilde périt de la main des assassins de son mari. Peu de mois avant sa mort, elle l’avait déterminé, de concert avec Himnechilde, à reconnaître Dagobert II, ce fils de Sigebert III que Grimoald avait fait conduire en Écosse, et dont on avait fait les funérailles, comme s’il était mort. Ulric, évêque d’York, qui apprit de lui l’histoire de ses malheurs, osa entreprendre de le ramener en Austrasie ; c’était en 672. Mais tout ce qu’on avait consenti à lui donner, c’était le gouvernement de l’Alsace avec quelques provinces d’Outre-Rhin.

Bilichilde eut deux fils avec Childéric II : Dagobert (mort en 675) ; Chilpéric (né vers 670 et mort en 721), qui devint roi des Francs sous le nom de Chilpéric II.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !