Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 12 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

Pays de la Loire : origine et histoire du département Mayenne

Vous êtes ici : Accueil > Départements français > Histoire du département de la Mayenne
Départements français
Histoire des départements français. Les événements, histoire de chaque département : origine, évolution, industries, personnages historiques
Histoire du département de la Mayenne
(Région Pays de la Loire)
Publié / Mis à jour le vendredi 29 janvier 2010, par LA RÉDACTION
 

Les diverses populations qui occupaient le territoire dont est formé le département de la Mayenne étaient : les Andes, qui habitaient la partie méridionale du pays, l’arrondissement actuel de Château-Gontier ; les Aulerces Arviens (arrondissement de Laval) ; leur cité était Vagoritum, ville détruite, dont l’emplacement s’appelle encore la Cité, dans la commune de Saint-Pierre-d’Herve ; les Aulerces Diablintes (arrondissement de Mayenne) ; Noiodunum (Jublains) était leur capitale.

Le pays, sous la domination des Romains, fit partie de la troisième Lyonnaise. Plus tard, la partie méridionale du département se trouva comprise dans l’Anjou ; et le pays habité par les Arviens et les Diablintes fit partie du Maine. Ces diverses contrées suivirent la destinée des grandes provinces auxquelles elles appartenaient ; nous ne pouvons que renvoyer le lecteur à l’histoire des départements de Maine-et-Loire et de la Sarthe, où il trouvera également celle de l’Anjou et du Maine.

Les deux principales subdivisions du pays, au Moyen Age, furent les comtés de Mayenne et de Laval ; on en trouvera plus loin l’histoire dans les notices consacrées à ces deux villes. Pendant la Révolution française, ce pays fut un des plus éprouvés par la guerre civile. L’insurrection, née dans le département de Maine-et-Loire, s’y étendit promptement. Au lieu de disperser l’histoire de la guerre civile dans ce département, en rattachant le récit de chacun des faits à la notice des localités diverses qui en furent le théâtre, nous croyons que, réunis ici, on en saisira mieux la suite, et qu’ils offriront plus d’intérêt.

Après sa défaite à Cholet (17 octobre 1793), l’armée vendéenne passa la Loire, se jeta sur la rive droite, et, sans éprouver de résistance, traversa Château-Gontier et Laval. L’armée républicaine ignorait la direction que les Vendéens avaient pu suivre. Après quelques hésitations entretenues par de faux rapports qui les représentaient comme totalement anéantis, on apprit que la colonne fugitive présentait encore un effectif de trente ou quarante mille hommes en état de tenir tête aux républicains. On se décida alors à s’avancer par Château-Gontier. Westermann et Beaupuy commandaient l’avant-garde, Kléber suivait avec le corps d’armée. Le chef nominal, que son incapacité, sentie par tous et même par lui, tenait en réalité en dehors du commandement, était Séchelles ; il laissait Kléber diriger tous les mouvements.

Le 25 octobre au soir, l’avant-garde républicaine arriva à Château-Gontier ; le gros des forces était à une journée en arrière. Westermann, quoique ses troupes fussent très fatiguées, quoiqu’il fit presque nuit et qu’il restât encore six lieues de chemin à faire pour arriver à Laval, voulut y marcher sur-le-champ. Beaupuy, tout aussi brave, mais plus prudent que Westermann, s’efforça en vain de lui faire sentir le danger d’attaquer la masse vendéenne au milieu de la nuit, fort en avant du corps d’armée et avec des troupes harassées de fatigue.

Beaupuy fut obligé de céder au plus ancien en commandement. On se mit aussitôt en marche. Arrivé à Laval au milieu de la nuit, Westermann envoya un officier reconnaître l’ennemi ; celui-ci, emporté par son ardeur, fit une charge au lieu d’une reconnaissance, et replia rapidement les premiers postes. L’alarme se répandit dans Laval, le tocsin sonna, toute la masse ennemie fut bientôt debout et vint faire tète aux républicains. Beaupuy, se comportant avec sa fermeté ordinaire, soutint courageusement l’effort des Vendéens. Westermann déploya toute sa bravoure, le combat fut des plus opiniâtres, et l’obscurité de la nuit le rendit encore plus sanglant.

L’avant-garde républicaine, quoique très inférieure en nombre, serait néanmoins parvenue à se soutenir jusqu’à la fin ; mais la cavalerie de Westermann, qui n’était pas toujours aussi brave que son chef, se débanda tout à coup, et l’obligea à la retraite. Grâce à Beaupuy, elle se fit sur Château-Gontier avec assez d’ordre. Le corps de bataille y arriva le jour suivant. Toute l’armée s’y trouva donc réunie le 26, l’avant-garde épuisée d’un combat inutile et sanglant, le corps de bataille fatigué d’une route longue, faite sans vivres, sans souliers et à travers les boues de l’automne. Westermann et les représentants voulaient de nouveau se porter en avant. Kléber s’y opposa avec force et fit décider qu’on ne s’avancerait pas au delà de Villiers, moitié chemin de Château-Gontier à Laval.

Il s’agissait de former un plan pour l’attaque de Laval. Cette ville est située sur la Mayenne. Marcher directement sur la rive gauche que l’on occupait était imprudent, comme le fit observer judicieusement un officier très distingué, Savary, qui connaissait parfaitement les lieux. II était facile aux Vendéens d’occuper le pont de Laval et de s’y maintenir contre toutes les attaques ; ils pouvaient ensuite, tandis que l’armée républicaine était inutilement massée sur la rive gauche, marcher le long de la rive droite, passer la Mayenne sur les derrières et l’accabler à l’improviste.

Il proposa donc de diviser l’attaque et de porter une partie de l’armée sur la rive droite. De ce côté, il n’y avait pas de pont à franchir, et l’occupation de Laval ne présentait point d’obstacle. Ce plan, approuvé par les généraux, fut adopté par Séchelles. Le lendemain, cependant, Séchelles, qui sortait quelquefois de sa nullité pour commettre des fautes, envoie l’ordre le plus sot et le plus contradictoire à ce qui avait été convenu la veille. Il prescrit, selon ses expressions accoutumées, de marcher majestueusement et en masse sur Laval, en longeant par la rive gauche. Kléber et tous les généraux sont indignés ; cependant il faut obéir. Beaupuy s’avance le premier, Kléber le suit immédiatement.

Toute l’armée vendéenne était déployée sur les hauteurs d’Entrammes. Beaupuy engage le combat, Kléber se déploie à droite et à gauche de la route, de manière à s’étendre le plus possible. Sentant néanmoins le désavantage de cette position, il fait dire à Séchelles de porter la division Chablos sur le flanc de l’ennemi, mouvement qui devait l’ébranler. Mais celte colonne, composée de ces bataillons formés à Orléans et à Niort, qui avaient fui si souvent, se débande avant de s’être mise en marche.

Séchelles s’échappe le premier à toute bride, une grande moitié de l’armée qui ne se battait pas fuit en toute hâte, ayant Séchelles en tête, et court jusqu’à Château-Gontier, et de Château-Gontier jusqu’à Angers. Les braves Mayençais, qui n’avaient jamais lâché pied, se débandent pour la première fois. La déroute devient alors générale ; Beaupuy, Kléber, Marceau, les représentants Merlin et Turreau, font des efforts incroyables, mais inutiles, pour arrêter les fuyards. Beaupuy reçoit une balle au milieu de la poitrine. Porté dans une cabane, il s’écrie : « Qu’on me laisse ici, et qu’on montre ma chemise sanglante à mes soldats. » Le brave Bloff, qui commandait les grenadiers, et qui était connu par sa bravoure extraordinaire se fait tuer à leur tête. Enfin une partie de l’armée s’arrête au Lion-d’Angers, l’autre fuit jusqu’à Angers même. L’indignation était générale contre le lâche exemple qu’avait donné Séchelles en fuyant le premier. Les soldats murmuraient hautement.

Les représentants du peuple suspendirent Séchelles et proposèrent le commandement à Kléber, qui le refusa, puis à Chablos, le plus vieux général de l’armée, qui l’accepta. Pendant ce temps, les Vendéens arrêtés à Laval, quoique débarrassés de leurs adversaires, ne savaient quel parti prendre. Entre tous ceux qui se présentaient, ils choisirent le plan qui, en les rapprochant de la côte, leur permettait de recevoir des secours des Anglais. Ils se dirigèrent vers le département de la Manche.

Leur armée s’était recrutée d’un grand nombre de combattants à Laval et à Mayenne. « L’esprit public, dit le général Turreau dans ses Mémoires, y était perdu, et, d’ailleurs, le prince de Talmont y avait la plus grande influence. Je me suis assuré sur les lieux qu’a parcourus cette armée des causes dé son accroissement progressif : je les ai trouvées dans le recrutement volontaire et forcé qu’elle a fait depuis Varades, Ancenis, Oudon, et autres points sur le rivage de la Loire, jusqu’à son arrivée à Laval, où le recrutement fut généralement spontané. »

Cependant, quelques jours plus tard, vaincus dans le nord par Kléber, Marceau et Westermann, les Vendéens, diminués des deux tiers, se rabattirent sur le département de la Mayenne, traversèrent de- nouveau Laval sans s’y arrêter ; ils devaient être écrasés au Mans le 23 décembre suivant. Ils s’y étaient abondamment pourvus de tout ce qui leur était nécessaire par un moyen emprunté à la Révolution elle-même, en créant pour neuf cent mille livres tournois de bons hypothéqués sur le trésor royal et remboursables à la paix ; ordre fut intimé aux Lavalois d’accepter ce papier en échange de leurs marchandises. L’armée vendéenne, bien approvisionnée, se mit en marche vers le département de la Manche.

Après ce désastre, le prince de Talmont, irrité de l’ingratitude des siens qui lui refusent le commandement des derniers débris de l’armée, les quitte, et, déguisé en meunier, errant de village en village, il se dirigeait vers Laval, lorsqu’il fut arrêté à Bazouges par une patrouille de la garde nationale. Il mourut sur l’échafaud, à Laval, le 28 janvier 1794.

Cependant la guerre civile se ranima bientôt sous une autre forme. Les quatre frères Cottereau, dits Chouan, du département de la Mayenne, donnèrent leur nom à la chouannerie. « Les chouans, dit M. Thiers, ne formaient pas ; comme les Vendéens, des rassemblements nombreux, capables de tenir la campagne ; ils marchaient en troupes de trente ou quarante, arrêtaient les courriers, les voitures publiques, assassinaient les juges de paix, les maires, les fonctionnaires républicains, et surtout les acquéreurs des biens nationaux.

« Quant à ceux qui étaient non pas acquéreurs, mais fermiers de ces biens, ils se rendaient chez eux, et se faisaient payer le prix du fermage. Ils avaient ordinairement le soin de détruire les ponts, de briser les routes, de couper l’essieu des charrettes, pour empêcher le transport des subsistances dans les villes. Ils faisaient des menaces terribles à ceux qui apportaient leurs denrées dans les marchés, et ils exécutaient ces menaces en pillant et incendiant leurs propriétés. Ne pouvant pas occuper militairement le pays, leur but évident était de le bouleverser, en empêchant les citoyens d’accepter aucune fonction de la République, en punissant l’acquisition des biens nationaux et en affamant les villes. Moins réunis, moins forts que les Vendéens, ils étaient cependant plus redoutables, et méritaient véritablement le nom de brigands. »

Le département de la Mayenne était très bien disposé pour cette guerre de partisans : ce terrain inégal, coupé d’un grand nombre de ruisseaux, de ravins, de haies bordant les chemins, formés d’un talus couvert de buissons et protégé par un fossé, offre un grand nombre d’arbres, chênes, hêtres, châtaigniers, dont on a coupé la tige à une certaine hauteur, et dont le tronc fort gros se creuse par en haut. On les nomme émousse. Les chouans y cachaient leurs armes et leurs provisions, et s’y cachaient souvent eux-mêmes. Dans un des cantons du département, bien des années après la guerre, on découvrit dans un de ces arbres que l’on abattait le squelette d’un chouan qui était venu y mourir. Son fusil était placé à côté de lui, et entre les doigts du squelette se trouvait encore un chapelet.

Aubert-Duhayet, après s’être entendu à Laval avec le général Hoche, se mit à la tête d’une colonne mobile, et par son activité, ses courses incessantes, lassa bientôt les chouans. Le vicomte de Cepeaux, qui commandait une des troupes les plus nombreuses, fut contraint de déposer les armes ; deux mille fusils furent remis et apportés à Laval. Plus tard la chouannerie recommença, et le comte de Beaumont, un des chefs des chouans, battit près de Laval un détachement de troupes de ligne et de garde nationale. Mais, défait par le général Chabot, il fit sa soumission au gouvernement consulaire.

Ce département fut encore agité en 1832, lors de la descente de la duchesse de Berry dans la Vendée. Des rencontres eurent lieu entre les chouans et les soldats sur quelques points du département, entre autres à La Gravelle, près de Laval. Le département fut mis en état de siège, et la tranquillité ne tarda pas à s’y rétablir.

Depuis ces événements le département de la Mayenne avait joui d’une paix profonde quand la guerre de 1870-1871 vint la troubler. L’ennemi n’occupa que momentanément quelques points de son territoire ; il s’arrêta en réalité sur les confins, à Sillé-le-Guillaume, à Saint-Denis-d’Orgues et à Sablé-sur-Sarthe, dans le département de la Sarthe ; mais notre deuxième armée de la Loire, sous les ordres du général Chanzy, s’y rallia, après la bataille du Mans.

Après la perte de la bataille du Mans (11 janvier), il fallut se résigner à la retraite, qui fut favorisée par le brouillard. L’armée française s’était dérobée sans déroute ; mais elle laissait aux mains de l’ennemi 18 000 prisonniers et 20 canons ; la poursuite continua jusqu’à Laval.

Le 17 janvier, après avoir livré, le 14, des combats offensifs heureux aux troupes allemandes, à Saint-Jean-sur-Erve et à Sillé-le-Guillaume, l’armée du général Chanzy continua son mouvement et occupa des positions autour de Laval. Le 16e corps passe la Mayenne sur les ponts de la ville, se reliant avec la droite du 17e corps et protégeant les convois qui filent par la grande route du Mans, se plaçant à cheval sur la route et sur le chemin de fer de Laval à Vitré ; le 17e corps, derrière la rivière, dont il observe le cours jusqu’au pont de Montgiroux ; le 21e, sa gauche à la ville de Mayenne, sa droite à Contest, relié avec le 17e corps par sa cavalerie, le quartier général à Laval, la division de cavalerie du 17e corps en arrière des lignes.

Une fois encore, grâce à l’habile retraite de son chef, l’armée de la Loire était conservée à la France. Les Allemands rétrogradèrent. Toutefois, il fallait au général. Chanzy quelques semaines pour se refaire. L’armistice, conclu le 28 janvier, vint le surprendre et l’arrêter au milieu de sa réorganisation. Les pertes éprouvées par le département de la Mayenne durant cette désastreuse période se sont élevées au chiffre de 645 317 fr. 92.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !