Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 25 mai DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur XNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

Rhône-Alpes : origine et histoire du département Isère

Vous êtes ici : Accueil > Départements français > Histoire du département de l'Isère
Départements français
Histoire des départements français. Les événements, histoire de chaque département : origine, évolution, industries, personnages historiques
Histoire du département de l’Isère
(Région Rhône-Alpes)
Publié / Mis à jour le jeudi 28 janvier 2010, par LA RÉDACTION
 
 
Temps de lecture estimé : 10 mn
 

Avant la conquête romaine, deux nations puissantes et nombreuses ayant toutes les deux même langage, mêmes mœurs et une commune origine, les Allobroges et les Voconces, habitaient le pays qui forme aujourd’hui le département de l’Isère : les Allobroges, entre le Rhône et l’Isère jusqu’aux Alpes ; les Voconces, dans Ies montagnes, du côté de Die. Vienna (Vienne) était la capitale des premiers ; Dea (Die), celle des seconds.

Pline, Strabon, Ptolémée et tous lés anciens géographes qui en ont parlé, rangent les Allobroges et les Voconces parmi les peuples-les plus anciens et les plus célèbres de la Gaule ; et le peu que les Romains en ont dit suffit pour nous faire connaître qu’ils n’étaient pas sans agriculture, ni sans industrie, ni sans quelque connaissance des arts. Tranquilles possesseurs de leur territoire, il s’établit entre eux et les Phocéens des rapports commerciaux, politiques et religieux, qui propagèrent la civilisation dans ces contrées.

A l’exemple de leurs voisins, les Allobroges créèrent des écoles où l’on enseignait l’éloquence et la poésie. Renommés par leur courage, d’où leur surnom de Jessates (vaillants), ils firent partie de l’expédition de Bellovèse au delà des Alpes. Plus tard, ils grossirent l’armée de Brennus. Recherchés par les rois et les conquérants à cause de leur valeur, ils prirent part à toutes les grandes guerres et à toutes les batailles célèbres de l’antiquité : Annibal passa par leur pays. Alors, divisés en plusieurs petites peuplades, ils avaient des cités florissantes, et l’on y voyait des campagnes cultivées, signes d’une ancienne civilisation ; ce que Tite-Live semble confirmer lorsque, parlant des Allobroges, il dit qu’ils ne le cédaient à aucune autre nation en richesse et en renommée. Ils disputèrent à Annibal le passage de leur territoire.

Plus tard, cependant, ils le servirent contre les Romains, dont ils commençaient à craindre le voisinage. Après les guerres puniques, ceux-ci, voulant faire expier aux Allobroges le secours qu’ils avaient prêté à leur implacable ennemi, passèrent les Alpes : les Allobroges allèrent à la rencontre des Romains à Vindalium, mais ils furent vaincus. Alors, rassemblant de nouvelles forces, ils se joignent aux Arverni et aux Ruteni, et livrent bataille aux Romains dans les plaines de Tegna (Tain), au confluent du Rhône et de l’Isère ; mais que pouvaient-ils contre une armée disciplinée et commandée par un chef éprouvé ?

Après une action très vive de part et d’autre, le désordre se mit dans les rangs des Allobroges, trop nombreux pour ne pas être embarrassés ; et Q. Fabius Maximus, qui les battit, en reçut le nom d’Allobrogique. Cette victoire eut lieu l’an 121 avant Jésus-Christ.

Pour la première fois alors, les Allobroges connurent la servitude. Vaincus cependant et non domptés, ils s’unissent à Catilina, dans la conspiration contre le sénat ; puis aux Cimbres et aux Teutons, qui envahissent la Province romaine. Deux fois les Romains essayent de les repousser, mais sans succès. Battus enfin par Marius, ils expient leur révolte.

Ce général ravage leur territoire ; il veut même le partager à ses soldats ; mais le sénat s’y oppose. Bientôt, cependant, il se ravise : il les prive, par un décret, de leurs villes et de leurs propriétés. Rome, enfin, ne laissa aux Allobroges que leur nom et la vie : elle sentait si bien que c’étaient là ses véritables ennemis, qu’elle n’usa point de rigueurs pareilles à l’égard des autres peuples gaulois dont elle avait fait la conquête. A la vérité, elle établit de nombreuses colonies dans le pays des Allobroges et des Voconces ; mais l’avarice et la cruauté des préteurs n’inspirèrent aux vaincus que la vengeance et le désir de s’affranchir.

Déjà, par ses tyrannies, Fonteius les avait réduits à l’extrémité. Ils s’en plaignirent au sénat. Voyant qu’il n’y avait rien à espérer des Romains, ils courent aux armes et se déclarent indépendants : Pontinus envoie contre eux deux de ses lieutenants : ils sont repoussés. Alors il s’avance lui-même avec de nouvelles forces. De son côté, Catugnat, chef des Allobroges, se retranche dans Solonium, le long de l’Isère ; la population tout entière s’est jointe à lui : c’est la guerre nationale ; chacun sent qu’il y va du sort de la patrie.

Après un combat sanglant, Pontinus s’empare de la ville ; mais Catugnat, par un effort héroïque, la reprend. Cependant, pressé par la famine et par l’ennemi, il laisse au peuple la liberté de traiter et se retire ; mais les Romains n’écoutent aucune proposition : la ville est saccagée, et ses défenseurs sont passés par les armes. Telle fut l’issue de cette guerre : le dernier rempart des Gaules du côté des Alpes venait de tomber. César n’avait plus qu’à marcher pour les conquérir.

Cependant, sous Auguste, ce pays obtint plusieurs franchises et jouit de quelque repos. Compris dans cette étendue des conquêtes romaines appelée Provinéia Romana ou simplement Provincia, d’où est resté le nom de Provence à une partie de cette contrée, il fit, après la division de la Gaule en quatre provinces, partie de la Narbonnaise. Vienne resta la capitale du pays des Allobroges et devint, dans la suite, celle de la province viennoise, enfin la métropole de toutes les Gaules.

Au commencement du Ve siècle, les Bourguignons s’emparèrent de la province viennoise, après en avoir chassé les Huns et les Goths, et fondèrent le premier royaume de Bourgogne, qui s’étendait jusqu’à Langres, au nord, Bâle à l’est, et Nevers à l’occident. Le pays des Allobroges et celui des Voconces s’y trouvèrent compris.

Plus tard, Clovis voulut en disputer la possession à Gondebaud ; mais celui-ci ne parut un moment y renoncer que pour mieux les reprendre. Il rentra dans Vienne, sa capitale, plus fort et plus puissant que jamais. Prince guerrier et législateur, il mit à profit la paix qu’il venait de conquérir, en travaillant à ces lois connues sous le nom de lois gombettes, en grande partie extraites des lois romaines, mais qui, dans ces temps barbares, n’en marquaient pas moins un progrès de civilisation.

Après huit ans de luttes, les fils de Clovis parvinrent à affranchir le pays des Allobroges de la domination des Bourguignons (534). Ils le possédèrent pendant près de trois siècles. Cependant les Sarrasins, ayant fini par s’en emparer, s’y fixèrent ; mais, vaincus par Charles-Martel, ils furent chassés sans retour par Charlemagne.

A la mort de Louis le Débonnaire, en 845, ce pays échut en partage à l’un de ses fils, Lothaire, et successivement à Charles et à Lothaire II. Ces princes étant morts sans postérité, Charles le Chauve, leur oncle, s’en empara et le transmit à Louis le Bègue. C’est sous ces derniers règnes que l’anarchie féodale commença. Seigneurs ; comtes ou gouverneurs de provinces, s’érigèrent en souverains indépendants, grâce à la pusillanimité de Charles le Chauve. Boson, qui avait épousé sa soeur, ne voulut pas même devoir sa puissance à ses fils : il se fit nommer, en 879, roi de Bourgogne par un concile tenu à Mantaille, château situé sur la rive gauche du Rhône, entre Vienne et Valence, et auquel assistèrent les principaux évêques et seigneurs du Dauphiné.

Alors cette province fit partie du nouveau royaume de Bourgogne. Bientôt, dépouillé de ses États par Carloman, fils de Louis le Bègue, Boson y fut rétabli à charge d’hommage par Charles le Gros, qui réunit un instant sous son autorité les vastes États dont avait été composé l’empire de Charlemagne.

Ce que les comtes avaient fait sous les descendants de Pépin, les petits seigneurs le firent sous les comtes : ils s’affranchirent peu à peu de leur vasselage et s’érigèrent en souverains, déclarant leurs biens héréditaires. De là, dit-on, l’origine des fiefs. Alors parurent les comtes d’Albon, les barons de Sassenage, ceux de La Tour-du-Pin, etc. Les rois dans ce pays n’eurent plus qu’un vain titre. Après un siècle et demi, privés de toute puissance, ils finirent par transmettre aux empereurs d’Allemagne l’ombre vaine qui leur en restait.

Déjà, vers la fin du IXe siècle, un certain Gui ou Guigues s’était établi dans ce pays sous le titre de comte d’Albon. Il devint le chef d’une famille puissante. Il avait assisté à l’assemblée de Varennes, où le fils de Boson Ier fut proclamé roi. A la mort de Rodolphe III ; n’ayant pas voulu reconnaître son successeur, Conrad le Salique, il s’ensuivit une guerre qui se termina à l’avantage de Conrad ; mais, en même temps, ce prince fut obligé de renouveler un traité conclu antérieurement entre Rodolphe III, Henri II et les seigneurs bourguignons, et par lequel l’empereur et le roi avaient fait à ces seigneurs des cessions considérables.

Jusqu’à Gui VIII, les comtes d’Albon vécurent tranquilles dans leurs terres ou à l’ombre des cloîtres : Gui VIII rendit sa maison illustre par les armes. On connaît ses guerres avec le comte de Savoie. Blessé dans un combat près de Montmélian, il mourut des suites de sa blessure, en 1149. Il fut, dit-on, le premier qui porta le nom de dauphin, qui lui fut donné à cause du cimier de son casque qui figurait un dauphin. Jusque-là, les armes des comtes d’Albon avaient été indifféremment une ou plusieurs tours, ou bien un château.

Après Gui VIII, la figure du dauphin commença à s’introduire dans leurs armoiries, et, comme ce signe marquait leur nouvelle puissance, ils’ perdirent insensiblement le titre de comtes d’Albon pour prendre celui de dauphins. Tel est le sentiment de Boulainvilliers, et cette opinion, ajoute Expilly, est très probable. Quoi qu’il en soit, Gui IX, fils et successeur de Gui VIII, épousa Béatrix de Montferrat, nièce de l’empereur Frédéric Barberousse, qui, en considération de cette alliance, investit le comte d’Albon de tous les privilèges de la souveraineté, tels que ceux de lever l’impôt, d’armer des troupes, de frapper monnaie, etc.

Vers ce temps-là, Berthold IV, qui possédait les comtés de Bourgogne et de Vienne, céda à Gui IX ses droits sur ce dernier comté ; l’empereur, présent à cette cession, la confirma, et Gui IX prit le titre de dauphin de Viennois. Il mourut en 1167, ne laissant qu’une fille, Béatrix, qui épousa Hugues III, duc de Bourgogne, et dont la postérité masculine s’éteignit en la personne de Gui Xl, mort en 1269.

Anne, sa fille unique et seule héritière, se vit disputer le Dauphiné par Robert II, duc de Bourgogne ; mais le roi Philippe le Bel, ayant été choisi pour arbitre, en 1295, adjugea cette province à Anne, qui avait épousé Humbert Ier, seigneur de La Tour-du-Pin. Jean II, son fils, s’unit à Béatrix d’Anjou, fille de Charles, roi de Hongrie, et de Clémence, reine de France, et Gui XII, à la princesse Isabelle, fille du roi Philippe V. Il mourut sans enfants. Humbert II, son frère, lui succéda. Ce prince, trop faible pour résister au duc de Savoie, qui harcelait ses frontières, et se voyant sans enfants par la mort de son fils André, céda le Dauphiné à la France moyennant, dit-on, 120 000 florins d’or.

Cette cession, renouvelée à Lyon dans une assemblée solennelle, il la confirma par un acte passé à Romans en 1349. « Celui qui sera daulphin, y disait-il, et ses hoirs et successeurs au Dauphiné, se appelleront et soient tonus de faire soy appeler daulphin de Viennois, et porteront les armes dudit Daulphiné, esquartellées avec les armes de France, et ne laisseront et ne pourront laisser le nom de daulphin, ne lesdites armes ; et ne sera et ne pourra être uni ne adjouté ledit Daulphiné au royaume de France, fors tant comme l’empire y serait uni. »

Après avoir remis à Charles, petit-fils de Philippe de Valois, « l’espée ancienne du Daulphiné et la bannière Saint-Georges, qui sont anciennes des daulphin de Viennois, et un ceptre et un anel », Humbert se fit moine à Lyon dans le couvent des Frères prêcheurs, et finit dans le cloître une vie passée à pleurer son fils et à regretter son Daulphiné. « C’est mal à propos, dit le président Hénault, qu’on a cru qu’une des conditions du traité avait été que le titre de dauphin seroit porté par le fils aîné de nos rois. Il arriva, au contraire, que le premier dauphin nommé par Humbert au premier traité de 1343 fut le second fils de Philippe de Valois ; mais il est vrai que cela n’eut plus lieu, et que ce titre a toujours été porté depuis par le fils aîné du roi. »

Alors le Dauphiné devint pays d’états. Humbert, avant de le céder, l’avait affranchi et constitué par un statut delphinal, qui forma le droit protecteur de la province. Après avoir octroyé à ses sujets divers privilèges et fait des lois contre l’usure, il défendit aux seigneurs de s’emparer des biens de ceux qui mouraient sans enfants. Déjà, en 1337, il avait établi à Grenoble un conseil delphinal pour prendre connaissance en souverain des causes litigieuses d’entre ses sujets : il le composa de sept conseillers, d’un auditeur des comptes et d’un trésorier ; il ordonna que quatre des sept conseillers enseigneraient le droit dans l’université de Grenoble. Ce conseil delphinal fut érigé par Louis XI en parlement, en 1453, lorsque ce prince, n’étant encore que dauphin, se retira dans cette province pour s’y former à la royauté, ou plutôt pour y conspirer contre son père. Charles VII chassa son fils du Dauphiné, mais il ne toucha point au parlement qu’il avait établi.

Pressentant qu’ils allaient tomber sous le joug d’un maître, les seigneurs dauphinois virent avec regret cette cession. Sous les derniers rois de Bourgogne, ils avaient usurpé le droit de guerre ; ils le conservèrent sous le sceptre tolérant des dauphins, et même longtemps après la réunion du Dauphiné à la France. Alors la province fut déchirée par les guerres qu’ils se firent entre eux. Rien ne peut mieux donner une idée de la multiplicité de ces petites guerres et de l’anarchie qu’elles produisirent, que le grand nombre de châteaux forts qui leur servaient de retraite, comparé au peu d’étendue du territoire où ils étaient situés. Il y en avait neuf cent cinquante en 1339. Certes, il ne fallut rien moins que la puissance de Louis XI pour mettre fin à cette anarchie.

Successivement visité, en 1434, par Henri II, roi de Navarre et comte de Provence ; puis par le prince d’Orange, le duc de Savoie, le Dauphiné se vit un moment menacé par les impériaux ; mais Bayard, avec 2 000 fantassins et quelques chevaux, sut défendre les avenues de sa terre natale. II détruisit, en outre, une bande de 1 500 brigands qui ravageaient le Viennois.

Aux guerres féodales succédèrent, dans cette province, les guerres religieuses. C’est dans ses montagnes que la secte des Vaudois avait pris naissance. « On voulut, dit Chorier, contraindre les chefs de famille de déférer aux inquisiteurs leurs femmes et leurs enfants, et ceux-ci leurs mères et leurs pères. La peine des obstinés dans leur erreur fut le feu. Dans l’espace d’une seule année (1393), deux cents périrent sur les bûchers. »

Au XVIe siècle, les protestants, sous les ordres du baron des Adrets, y firent leurs premières armes. Ils s’emparèrent de Grenoble en 1563. Plus tard, Mont-brun et Lesdisguières ayant pris le commandement de la province, la guerre s’y ralluma avec des alternatives de succès et de revers. Plusieurs places du Valentinois et du Diois tombèrent au pouvoir des protestants ; mais, dans le haut Dauphiné, Grenoble, repris par le parti catholique, leur résista. Henri III revenait de Pologne pour remplacer sur le trône de France Charles IX, son frère.

Arrivé au pont de Beauvoisin, il se vit disputer le passage par Montbrun. Celui-ci tomba sur le roi et sur le gros de sa suite. « Avez-vous donc oublié que vous êtes né sujet ? » lui dit quelqu’un. « Les armes et le jeu, répondit Montbrun, rendent les hommes égaux. » Henri III lui écrivit pour lui reprocher son action. « Quoi ! s’écria Montbrun, il m’écrit comme si je devais le reconnaître pour roi ; cela serait bon en temps de paix, mais en temps de guerre, lorsqu’on a le bras armé et le cul sur la selle, tout le monde est compagnon. »

Henri en garda un vif ressentiment. Après le siège de Châtillon, Montbrun, poursuivi par de Gordes, chef des catholiques, se retourne contre lui près de Molières, et, la lance à la main, le force à rétrograder. De Gordes opère sa retraite sur Die ; mais, secouru au pont de Mirabel par d’Ourches et Lestang, qui lui amènent des renforts, il repousse l’attaque de Montbrun et de Lesdiguières. Cette journée fut fatale aux protestants. Après des prodiges de valeur, Montbrun, couvert de sang et de poussière, en franchissant un mur, tombe avec son cheval. Il est fait prisonnier, pendant que Lesdiguières parvient à se retirer en bon ordre sur Pontaix. Montbrun est transporté à Grenoble ; le parlement lui fait son procès.

On connaît sa fin tragique. Henri III, supplié par la famille de Montbrun, par la noblesse protestante du Dauphiné et par le prince de Condé lui-même, ne voulut pas faire grâce ; et celui que ses amis et ses ennemis avaient surnommé le Brave périt de la main du bourreau. Cependant, avec la paix de 1576, les protestants obtinrent la réhabilitation de Montbrun et le libre exercice de leur culte ; mais cette paix ne fut pas de longue durée. Contre le voeu des députés du Dauphiné, les états généraux assemblés à Blois déclarèrent qu’il n’y aurait désormais qu’une religion en France. C’était la guerre : les protestants dauphinois prirent pour la sixième fois les armes et sous Lesdiguières, digne de succéder à Montbrun, ils firent contre la Ligue cette campagne qui ne se termina qu’à l’édit de Nantes, en 1598.

Jusqu’en 1789, la province fut régie comme toutes les autres, à l’exception de plusieurs usages particuliers. Ainsi l’on n’y recevait pas la maxime nulle terre sans seigneur, admise dans le reste du royaume ; l’adultère n’y était puni que d’une amende de cent sols. Il y avait, en Dauphiné, un parlement, une chambre des comptes, un présidial, sept bailliages, trois sénéchaussées, quatre judicatures royales et autant de justices qu’il y avait de terres seigneuriales. Pays d’états et de droit écrit, il jouissait de grands privilèges en vertu de l’acte de cession de 1349. Composés des députés de la noblesse, du clergé et du tiers, les états avaient le droit d’accorder ou de refuser l’impôt. Ils se réunissaient presque annuellement.

Dans les états généraux du royaume, on considérait ceux de Dauphiné comme un corps particulier ; il était répondu à leurs cahiers séparément ; mais, dans ces petits états comme dans les grands, la noblesse et la clergé s’entendaient contre le tiers, qui n’en sortait le plus souvent qu’humilié et taillé à merci et miséricorde. Cependant la Révolution approchait. Depuis Louis XIII, qui les avait sus- pendus, les états de Dauphiné ne s’étaient point assemblés. De toutes parts, on criait contre les abus. Aux remontrances des parlements, la cour répondait par des coups d’État ; la fortune et la liberté des citoyens étaient livrées au caprice du pouvoir. Alors, convoqués par les consuls de Grenoble, les états de Dauphiné s’assemblèrent à Vizille, le 21 juillet 1788. Après avoir proclamé les principes du droit public de la province, ils protestèrent contre la suppression des parlements et demandèrent la convocation des états généraux. On sait ce qui arriva. Barnave et Mounier avaient été l’âme de cette assemblée ; quand, le 5 mai 1789, ils parurent aux états généraux, le tiers, d’un mouvement spontané, se leva pour leur rendre hommage.

Par sa position sur la frontière, le Dauphiné eut à souffrir des invasions : le roi de Navarre, en 1426 ; quelque temps après, le prince d’Orange ; plus tard, les impériaux ; en 1691, le duc de Savoie ; enfin, les armées alliées, en 1814 et en 1815, violèrent successivement son territoire. Mais le pays des Allobroges, de Bayard et de Lesdiguières, trouva dans ses enfants de vaillants soldats pour combattre l’étranger.

C’est le coeur et le bras de la France. Comme leurs frères de la Drôme, en effet, les habitants de l’Isère du XIXe siècle ont conservé les vertus de leurs ancêtres. Probes, désintéressés, laborieux, économes, hospitaliers, patients dans le malheur, courageux dans le péril, passionnés pour la liberté et l’indépendance, ils tiennent, par leur caractère et leurs habitudes, encore plus du montagnard que du citadin. Ajoutons qu’au XIXe siècle, les Dauphinois pratiquent cette grande loi de la nature qui consiste à s’entre aider. A cet amour du prochain, ils joignent au plus haut degré l’amour de la patrie et du sol natal. Si loin qu’ils soient de leur pays, ils ne soupirent qu’après le retour. Et comment ne seraient-ils pas attachés à leurs montagnes ? Beau ciel, heureux climat, sol fertile, sites charmants, la nature n’a-t-elle pas tout fait pour leur en rendre le séjour agréable ?

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, et appuyez sur OK
pour vous abonner gratuitement
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !