Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 24 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Légendes, croyances, superstitions : Minches de Gargantua (Vendée), pierres debout du Follet - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Légendes, Superstitions > Minches de Gargantua ou « pierres (...)

Légendes, Superstitions

Légendes, superstitions, croyances populaires, rites singuliers, faits insolites et mystérieux, récits légendaires émaillant l’Histoire de France


Minches de Gargantua
ou « pierres debout »
Jeu des palets et pierres
du Follet (Vendée)
(D’après « La Vendée historique » paru en 1902)
Publié / Mis à jour le mardi 8 décembre 2015, par LA RÉDACTION

 
 
 
Gargantua, le héros du joyeux Rabelais, aimait beaucoup à venir en Bas-Poitou. Ce qui l’y attirait principalement, c’est qu’il y trouvait, plus que partout ailleurs, à satisfaire sa passion pour le jeu poitevin des petits palets.

Le pays, surtout du côté d’Avrillé, du Bernard et de Curzon, était alors parsemé de pierres debout et de dolmens. Les pierres plates des dolmens étaient des palets tout trouvés pour le géant, et les pierres debout faisaient naturellement l’office de minches.

Lors donc qu’il éprouvait le besoin de prendre un brin d exercice, Gargantua gagnait en quelques enjambées la côte du Bas-Poitou, et il y passait des journées entières, à jouer aux petits palets avec les pierres des fées. Comme les pierres debout, paraît-il, étaient beaucoup plus clairsemées que les dolmens, il avait soin d’en mettre trois ou quatre dans sa poche afin d’avoir toujours sous la main des manches de rechange ; car il les faisait souvent voler en éclats, tellement il y allait de bon cœur. S’il n’avait fait que briser ses minches, le mal n’eût pas été bien grand ; mais il lui arrivait aussi d’écraser parfois les toitures des maisons, ou les troupeaux qui paissaient tranquillement dans les champs, voire les bergers et les bergères.

Il ne se passait guère de jour sans que les petits palets du joueur missent à mal au moins une demi-douzaine de pauvres diables de villageois, sans compter les attelages de bœufs et les moutons. Aussi Gargantua était-il devenu la terreur du pays. Les bergers avaient bien dressé leurs chiens à lui courir sus, mais le géant cueillait les pauvres bêtes entre le pouce et l’index et les écrasait comme nous ferions de simples puces, sans qu’elles eussent seulement le temps de faire couic !...

Un jour, cependant, il eut fort à faire avec deux de ces chiens, probablement plus lestes que les autres, et il fut même obligé de leur céder la place pour se soustraire à leurs morsures. L’aventure vaut la peine d’être contée et la voici telle que la rapporte une femme du pays.

Cela se passa sur le territoire de la commune de Rosnay, au village qui porte aujourd’hui le nom de Follet. Gargantua, qui s’était « esbaudi », depuis le soleil levé, à jouer à son jeu favori entre les rives de l’Yon et du Lay, venait d’écraser d’un seul coup une douzaine de malheureux moutons. Au moment où il se baissait pour ramasser le palet ovicide, il se sentit tout à coup mordre au talon par les deux chiens du troupeau, qui s’étaient glissés entre ses jambes sans qu’il s’en fût aperçu.

Les Pierres-Folles du Follet, à Rosnay (Vendée)
Les Pierres-Folles du Follet, à Rosnay (Vendée)

Il se retourna bien vite pour les saisir et les écraser entre le pouce et l’index, ainsi qu’il avait coutume de le faire ; mais les deux chiens, non moins lestes que braves, lui passaient et repassaient entre les jambes sans qu’il pût ni les empoigner, ni les empêcher de lui aboyer aux chausses. Prenant alors deux des énormes minches de rechange qu’il avait en poche, il les lança contre ses agresseurs. La terre en trembla à plus de dix lieues à la ronde, mais les chiens avaient esquivé le coup et s’acharnèrent de plus belle.

Les palets n’eurent pas plus de succès que les minches. Tant et si bien que Gargantua, qui suait sang et eau à vouloir se débarrasser de ses deux agresseurs, fut obligé, tout géant qu’il était, d’abandonner la partie et de battre en retraite. Mettant le pied gauche sur l’une des minches qu’il venait de ficher en terre, et le droit sur la flèche de Luçon, il passa de là, d’une seconde enjambée, sur la flèche de Fontenay, puis, d’une troisième, sur la flèche de Niort, d’où il se hasarda seulement à mettre pied à terre, bien sûr que les terribles chiens ne pourraient plus l’atteindre. Depuis ce temps-là, il abandonna, dit-on, son jeu favori des petits palets, et il ne reparut plus jamais au pays de Rosnay.

Les deux dernières minches de Gargantua sont demeurées à la place même où il les avait lancées : ce sont les deux pierres debout du village du Follet, jadis visitées, décrites et soigneusement mesurées par le savant abbé Ferdinand Baudry : l’une a une hauteur de 3m50 ; l’autre mesure exactement 3m66. Depuis la mésaventure de Gargantua, il paraît que tous les chiens du pays se rassemblent, une fois par an, pour venir... arroser les fameuses minches, en souvenir de la victoire remportée par deux héros de la race canine sur le terrible géant.

C’est également depuis ce temps-là, si l’on en croit la légende, que la cathédrale de Luçon se trouve en contrebas de la place qui l’avoisine, et que sa flèche semble pencher légèrement du côté de Fontenay.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Samain (Samhain), Toussaint, nuit d'Halloween et Fête des morts
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
BON À SAVOIR
 À grands seigneurs peu de paroles
 
 Toast
 
MANIFESTATIONS
 Napoléon III, l'autre Bonaparte, enfin au coeur d'une exposition insulaire
 
 Mode et bande dessinée
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 OFFRE N°1 | Recevez en 48h les 37 volumes papier disponibles édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 OFFRE N°2 | Téléchargez au format numérique l'intégralité des 44 volumes de La France pittoresque parus en 14 années : 1100 articles, 2000 illustrations. L'Histoire enfin captivante !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Le Berry entre êtres surnaturels et lieux chargés de mystère
 
 Malédiction du Marientra au coeur du pays Lochois, en Touraine
 
 La Raphagnaude semant la terreur dans la montagne de Mornas (Vaucluse)
 
 Yolande de Claviers et Rigaud de Montclar : les infortunés de la vallée du Mars (Cantal)
 
 
Et puis aussi...
 
 Anciennes chansons françaises
 
 Rocher (Un) nommé Péreybus préservant le sommeil d'Enguerrande de Toulx (Creuse)
 
 Gobe mouton et égagrophiles
 
 Bête (Une) étrange s'échouant en 1934 en Normandie évoque le mythique serpent de mer
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 210 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services