Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 23 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

[Passé] à table. Fragments d'une histoire dijonnaise

Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine : Expos, Fêtes > [Passé] à table. Fragments d'une (...)
Patrimoine : Expos, Fêtes
Richesses du patrimoine de France : manifestations historiques, patrimoniales, gastronomiques. Expositions et fêtes : Histoire, patrimoine et gastronomie
[Passé] à table. Fragments
d’une histoire dijonnaise
(Source : Inrap (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives))
Publié / Mis à jour le jeudi 14 octobre 2021, par LA RÉDACTION
 
 
 
Cette exposition, présentée par le musée archéologique de Dijon en partenariat avec l’Inrap, est une invitation à découvrir l’évolution de la vaisselle de table utilisée sur le territoire dijonnais, de l’époque mérovingienne (VIe-VIIe siècles) au XIXe siècle

L’exposition [Passé] à table se propose de présenter pour la première fois au public une sélection représentative de pièces de vaisselle en terre cuite du quotidien, mises au jour ces dernières années, à l’occasion d’opérations archéologiques dans le Dijonnais sur des sites occupés depuis l’époque mérovingienne jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale.

Fragments d’une histoire dijonnaise
Utilisé depuis l’époque néolithique, il y a environ huit mille ans, facile à mettre en œuvre, l’argile permet de fabriquer des objets à bas coût de fabrication, en particulier dans le registre de la vaisselle culinaire qui a vu se développer une large palette de formes, mais aussi d’usages et de modes esthétiques pour beaucoup méconnues.

Pot de moutarde de Dijon en faïence fine daté du début du XXe siècle découvert dans un dépotoir à Vénissieux (Rhône), 2016
Pot de moutarde de Dijon en faïence fine daté du début du XXe siècle découvert
dans un dépotoir à Vénissieux (Rhône), 2016. © Crédit photo : Alban Horry, Inrap

Ces objets du quotidien rencontrés lors de chaque opération archéologique permettent la constitution de chrono-typologies, catalogues dans lesquels sont classés les principales formes de récipients pour chaque période. Les connaissances des productions bourguignonnes pour la période médiévale et moderne se limitaient au groupe de production de la Ferté.

Grâce aux récentes opérations de terrain couplées à une méthodologie stricte, d’autres pôles de productions ont émergé. L’ensemble des découvertes attestent la multiplicité des approvisionnements et des échanges commerciaux, mais aussi des idées et des techniques, et des circulations des productions en Bourgogne et au-delà. Les référentiels bourguignons s’articulent autour du groupe de la Ferté, du groupe rouge-orangé du Dijonnais, la production grise de Sevrey et, plus récemment, la céramique à dégraissant coquillier auxquelles s’ajoutent à partir du XVe siècle les différentes productions de faïences et de grès.

Derrière les pots, oules, marmites, coquemars, cruches, pichets et autres tupins, ce sont avant tout des objets conçus par les mains de l’homme et pour l’homme pour satisfaire le besoin primordial de se nourrir. Fabriqués, acquis, utilisés, cassés et rejetés, ces récipients concourent ainsi, pour celui qui est attentif, non seulement à un répertoire de formes, mais aussi à une compréhension de l’évolution des pratiques alimentaires associées.

En effet, certains de ces récipients conservent des stigmates d’usures, des traces de leur passage sur le feu ou encore la mémoire des différents aliments cuisinés ou bien stockés. Loin d’interminables séries de « tessonnailles », ces artefacts reflètent directement les mutations de la société qui les a créés, au fil du temps, comme autant de témoins des cadres de la vie quotidien, des statuts sociaux — le cas échéant —, des pratiques culturelles, des savoirs faire et des échanges économiques.

L’exposition
L’exposition présente environ 120 objets, soit une sélection représentative des pièces de vaisselle en terre cuite, mises au jour ces toutes dernières années, à l’occasion de fouilles archéologiques principalement préventives réalisées dans le Dijonnais. Parmi les fouilles récentes de l’Inrap, le musée des Beaux-Arts, la Gare des tacots de Dijon, Vénissieux (pots de moutarde).

Le parcours général de l’exposition est chronologique et construit autour de cinq grandes sections : « D’une table à l’autre. Entre Antiquité et Moyen Âge » (VIe-VIIe), « Nuances de gris. Une génération de pots « couteaux suisses » (Xe-XIIe siècle), « Goûtons voir si le vin est bon ! Pichets et cruches à boire du duché » (XIIIe-XIVe siècle), « Terrestre ou spirituel : sur la table du réfectoire d’un couvent de Dijon » (XVIe-XVIIe siècle), « Avec une pointe de moutarde ? De la fabrique à la table » (XIXe - début XXe siècle).

Lot de pichets glaçurés en cours de de dégagement à Sevrey
Lot de pichets glaçurés en cours de de dégagement à Sevrey.
© Crédit photo : S. Morel-Lecornué, Inrap

Le visiteur est invité tour à tour à s’asseoir à la table d’un membre de l’élite mérovingienne, d’un habitant de bourg d’abbaye, d’un marchand faisant halte en Bourgogne, d’une religieuse de la Visitation et d’un représentant en moutarde...

Au sein de chacune de ces sections, un cadre général donne les principales clefs de lecture des thèmes : la période historique, un personnage, les types de vaisselle, les mets consommés, les deux à trois principales catégories techniques de céramique, des récipients classés par usage(s), un à deux site(s) archéologique(s) de référence et un ou plusieurs focus thématiques. L’exposition témoigne ainsi, pour chaque période, des différentes facettes de la parfaite rencontre entre un matériau — la terre —, une technique de fabrication, une forme, un usage, un geste, un plat ou une recette mais aussi des produits issus d’un terroir.

Programmation culturelle
Visites commentées, ateliers, conférences, rendez-vous des familles, nocturnes... Une programmation culturelle, régulièrement enrichie, accompagne l’exposition. Elle est consultable sur le site des musées de Dijon : https://musees.dijon.fr

Renseignements pratiques
Exposition [Passé] à table. Fragments d’une histoire dijonnaise
Musée archéologique — 5 Rue Dr Maret — 21000 Dijon
Jusqu’au 21 novembre 2021
Site Internet : https://archeologie.dijon.fr
Page Facebook : https://www.facebook.com/museesdijon

Inrap
Accédez à l’article source

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !